Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Midelt : Célébration de la Journée mondiale de l'infirmier




Le 12 mai de chaque année,  c'est la Journée mondiale de l'infirmier. A Midelt, les fonctionnaires en blouse blanche    ont tenu pour la première fois à donner à cet événement sa vraie signification. Sous la conduite du médecin-chef de l'hôpital,  ils ont fêté cette circonstance dans la grande joie. Ìls ont dressé  une tente caïdale où ils ont convié le délégué médical de la province et son staff,  les  personnalités de la ville et bien sûr les infirmiers et infirmières  relevant de l'hôpital  et des centres de santé et dispensaires de la ville.
Au cours de cette cérémonie,  il y avait de l’ambiance animée par Malek Moulay Hassan et quelques troupes de certains établissements scolaires. Il y avait de la musique et   des speechs relatant la dignité de l'infirmier en plus de la poésie composée à    cette occasion par le professeur Abdelkader Boukili et le Docteur Ouberri.     
Les infirmières et infirmiers de Midelt sont au nombre de cent,  et s'occupent d'une population de 100.000 habitants, ce   qui  fait un nombre de 1000 individus par infirmier. Cette proportion dépasse de loin la moyenne nationale.
Ce corps médical est mobilisé à tout instant  travaillant parfois avec les moyens du bord. La population doit leur rendre hommage pour le dévouement à leur métier.
A propos de cette journée,   sa signification vient du fait que Florence Nigntingal,  une infirmière anglaise,   a réuni autour d'elle un grand nombre d'habitants de Londres.
Elle leur a proposé de déboucher et d'aérer les égouts de    la ville pour lutter contre  des épidémies qui ont touché durement des personnes.
Cette opération a donné ses fruits au moment où il n'y avait pas encore assez de moyens médicaux. Et c'est à partir de là qu'on a pensé à récompenser cette infirmière   en lui organisant chaque année une fête,  ce qui a donné naissance à la journée mondiale de l'infirmier. Alors, sans parler de toutes ces considérations,  on doit se rendre compte que l'être humain souffrant est toujours pris en charge par l'infirmier ou  l’infirmière. A la naissance, c’est elle qui adresse la première parole au nouveau-né,  c'est elle qui lui offre le premier sourire ; c'est elle encore qui lui  fait sa première toilette ;  c'est toujours elle qui l'enveloppe dans son premier kimono pour affronter le combat de la vie. Rien   que pour cela, elle mérite tous les éloges.  Et c'est l'infirmier qui reste à son chevet quand il sent une défaillance de  santé ;  c'est lui qui le soutient au moment où il rend l'âme. Ces actions ne méritent-elles pas mille compliments?      
On souhaite à tout le corps médical un bon parcours professionnel et on espère qu'un de ces jours l'administration se penchera sérieusement sur leur situation matérielle.     

SIDI MOHAMED EL HASSANI
Vendredi 22 Mai 2009

Lu 536 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs