Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Michel Djotodia suspend la Constitution et se pose en homme fort de Centrafrique


Le président déchu François Bozizé s’est réfugié au Cameroun



Michel Djotodia suspend la Constitution et se pose en homme fort de Centrafrique
Le nouvel homme fort de Centrafrique, le chef de la rébellion Séléka Michel Djotodia, a annoncé lundi qu'il allait suspendre la Constitution et légiférer par ordonnances pendant une période de transition de trois ans, au lendemain d'un coup de force qui a entraîné le départ du président Bozizé et provoqué une condamnation internationale.
Si Djotodia ne s'est pas explicitement autoproclamé président de la République, il s’est cependant posé clairement en nouveau maître du pays.
L'accord de paix signé le 11 janvier à Libreville mettait en place un gouvernement d'unité nationale composé du clan au pouvoir, des rebelles et de l'opposition. Mais les rebelles affirment qu'il n'a pas été respecté par le régime Bozizé.
Agé d'une soixantaine d'années, M. Djotodia est un ancien fonctionnaire et diplomate - il a notamment été consul de Centrafrique au Soudan - qui avait basculé dans la rébellion, en devenant l'un des principaux animateurs depuis 2005.
L'Union africaine a suspendu lundi la participation de la Centrafrique à l'organisation. Elle a également imposé des sanctions contre sept responsables de la coalition rebelle Séléka, dont Michel Djotodia.
Les Etats-Unis ont condamné lundi "la prise du pouvoir par la force de la coalition rebelle de la Séléka et la nomination d'un président par la Séléka hors d'un cadre constitutionnel", sans toutefois appeler au retour au pouvoir du président Bozizé.
Paris a condamné "le recours à la force ayant abouti à la prise de pouvoir" en Centrafrique.
L'Union européenne a qualifié d'"inacceptable" le changement "par la force" du gouvernement en Centrafrique et appelé à "cesser immédiatement toutes les hostilités, à faire preuve de retenue et à contribuer au rétablissement de l'ordre public".
Et dès dimanche soir, le secrétaire général de l'ONU Ban Ki-moon s'était déclaré inquiet des violations des droits de l'Homme.  Michel Djotodia a annoncé l'instauration d'un couvre-feu de 19h à 6h et des patrouilles pour sécuriser la capitale, toujours en proie à la violence et aux pillages.
Le président déchu François Bozizé a fui Bangui pour se réfugier au Cameroun, "où il se trouve actuellement dans l'attente de son départ vers un autre pays d'accueil", a annoncé la présidence camerounaise lundi.

AFP
Mercredi 27 Mars 2013

Lu 138 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs