Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Michael Cimino Grand cinéaste incompris de l'Amérique




Il faisait souvent figure de génie incompris dans l’univers cinématographique américain. Michael Cimino, réalisateur de Voyage au bout de l’enfer, est décédé le samedi 2 juillet 2016. L’homme de 77 ans a été retrouvé inanimé dans sa maison de
Los Angeles mais les circonstances de son décès
demeurent pour l’instant inconnues.



Le scénariste et réalisateur américain Michael Cimino, dont le décès a été annoncé de sources concordantes, a marqué le cinéma par son film "Voyage au bout de l'enfer" sur la guerre du Vietnam, lauréat de cinq Oscars en 1979. Né à New York le 3 février 1939 (date communément retenue faute de date officielle) d'un père éditeur de musique et d'une mère styliste, il obtient une licence puis un master en peinture, respectivement à l'université de Yale (1961) et à celle de New Haven (1963), avant de réaliser des spots publicitaires pour la télévision.
En 1971, il s'installe à Los Angeles et se lance dans l'écriture de scénarios comme "Silent Running", récit de science-fiction écologique, "L'Inspecteur Harry", "Magnum Force", avant de réaliser "Thunderbolt and Lightfoot" ("Le Canardeur") en 1974, avec notamment Jeff Bridges et Clint Eastwood qui produit le film.
Le vrai succès arrive avec "Voyage au bout de l'enfer" ("The Deer Hunter", 1978), film de plus de trois heures et un des premiers à évoquer la guerre du Vietnam, à travers la vie de trois amis. Outre l'Oscar du meilleur film, "The Deer Hunter" remporte celui du meilleur acteur dans un second rôle (Christopher Walken), du meilleur réalisateur, du meilleur montage, du meilleur mixage de son.
A contrario, "La porte du paradis" ("Heaven's Gate", 1980) ne reste à l'affiche qu'une semaine.
Egratignant le mythe fondateur du melting-pot, cette saga est un fiasco critique et financier, fatal pour United Artists qui avait grandement investi pour ses 3H40 de projection.
Même raccourci d'une heure, il reste un échec jusqu'à ce qu'en août 2012, Cimino en dévoile une version intégrale remastérisée qui trouve enfin son public. Le directeur de la Mostra de Venise, Alberto Barber, qualifie même de "chef-d'oeuvre absolu" cette évocation du combat sanglant de riches éleveurs du Wyoming contre des immigrés d'Europe centrale, avec l'accord tacite des autorités fédérales.
Cimino doit attendre cinq ans pour revenir en grâce en 1985 avec "L'année du dragon" ("The Year of the Dragon"), sur la mafia chinoise, mais la communauté asiatique l'accuse de racisme.
Suivent trois échecs commerciaux: "Le Sicilien" en 1987, sur le bandit Salvatore Giuliano, que ses détracteurs l'accusent de glorifier, "Desperate Hours", remake de "La maison des otages" de William Wyler, en 1990, et "The Sunchaser" en 1996, road-movie sur les Navajos dans les montagnes du Colorado.
Lorsque la caméra lui fait défaut, Cimino s'exprime par l'écriture, notamment avec "Big Jane", un beau portrait de femme et de l'Amérique des années 1950 publié chez l'éditeur français Gallimard en 2001 faute d'éditeur américain.
Ce roman lui vaut la même année le Prix littéraire du Festival du film américain de Deauville (France).
On peut citer également "Shadow Conversations" ("Conversations en miroir"), livre de mémoires, et "Hundred Oceans", roman auto-portrait.
En 2001, la France, où il aimait résider, avait remis à Michael Cimino la médaille de chevalier des Arts et Lettres, décoration qui, disait-il, le touchait plus que toutes les autres.

Ses plus grands films

Voyage au bout de l’enfer

Son deuxième film et son chef-d’œuvre. A sa sortie en 1978, Voyage au bout de l’enfer remporte tous les suffrages. Le succès est aussi bien critique que commercial, malgré un sujet encore tabou pour le cinéma américain. Le film est le premier à traiter de la guerre du Viêt Nam, qui s’est terminée seulement trois ans plus tôt. D’une durée de trois heures, Voyage au bout de l’enfer met en scène d’immenses comédiens : Robert De Niro, John Cazale (décédé avant la fin du tournage), mais aussi John Savage, Meryl Streep et Christopher Walken, qui décrochent leur premier rôle majeur. En 1979, le film est récompensé par cinq Oscars, dont celui du meilleur film et du meilleur réalisateur pour Michael Cimino.

La Porte du paradis
Incroyable histoire que celle de ce film qui a tout simplement ressuscité 32 ans après sa sortie ! Porté par l’énorme succès de "Voyage au bout de l’enfer", Michael Cimino se lance dans une nouvelle grande fresque : La Porte du paradis, un western cette fois-ci. Mais le film, qui compte à son casting Kris Kristofferson (Blade), Christopher Walken, John Hurt et Isabelle Huppert, est un échec cuisant à sa sortie, en 1980. "La Porte du paradis" est même retiré de l’affiche après une semaine ! Six mois plus tard, une nouvelle version raccourcie sort en salles (la première durait 3h39 !), mais le succès n’est toujours pas au rendez-vous. Le studio de production United Artists fait faillite et le film tombe dans l’oubli… jusqu’au 30 août 2012. Ce jour-là, Michael Cimino présente une version remasterisée de 216 minutes à la Mostra de Venise. Et la magie opère enfin. La Porte du paradis est encensé par la critique et même qualifié de "chef-d’œuvre absolu" par le directeur du festival. Un film culte est né.

L’Année du dragon
Il faudra cinq ans à Michael Cimino pour se remettre du désastre créé par La Porte du paradis. En 1985, il sort un nouveau film, intitulé L’Année du dragon. Adapté d’un roman de Robert Daley, le scénario est signé Michael Cimino et Oliver Stone, réalisateur de Platoon et Wall Street. Porté par Mickey Rourke, le film connaît lui aussi des débuts difficiles. Il est en effet taxé de racisme envers la communauté chinoise, dépeinte comme cruelle et cupide. Pourtant, il est nommé aux César 1986 dans la catégorie "meilleur film étranger" et fait partie des films préférés d’un certain… Quentin Tarantino.

Mardi 5 Juillet 2016

Lu 795 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs