Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Mettre un terme aux disparitions forcées




Le 23 décembre 2014, nous avons célébré le quatrième anniversaire de l’entrée en vigueur de la Convention internationale pour la protection de toutes les personnes contre les disparitions forcées, après sa ratification par l’Irak.
Quatre ans après l’entrée en vigueur de cette convention, ce document, dont la teneur émane directement de la souffrance des familles de disparus, a recueilli 44 ratifications et 94 signatures, la Slovaquie étant le dernier membre adhérent et l’Angola le plus récent signataire. Néanmoins, sur les 94 Etats parties, seuls 18 ont reconnu la compétence du Comité sur les disparitions forcées.
Alors que 84 Etats sont concernés par des affaires en cours devant le Groupe de travail des Nations unies sur les disparitions forcées, la ratification universelle de la Convention est encore loin d’être une réalité.
Le Groupe de travail des Nations unies sur les disparitions forcées fait état de 42.889 cas en cours rapportés dans 84 Etats. Quand on prend en compte la souffrance de chaque membre de la famille, proche ou ami qui endurent des conséquences de la disparition d’un être cher, chaque cas n’est pas qu’une statistique, c’est également l’illustration des terribles souffrances humaines causées par des Etats supposés protéger les droits de l’Homme.
Pourtant, la Convention est plus pertinente que jamais, dans un contexte où les cas de disparitions forcées se multiplient dans le monde et restent, dans l’immense majorité des cas, non résolus.
Cette année, la communauté internationale a été choquée par la disparition de 43 étudiants mexicains, voyageant dans des autobus en direction d’Iguala, Guerrero, et attaqués par des membres des forces de police. Les auteurs suspectés, des membres d’un gang local, ont avoué avoir brûlé les corps des victimes avant d’en disperser les restes dans une rivière voisine. Il s’agit de l’un des cas les plus haineux de disparitions forcées de masse dans l’histoire récente, qui, de manière ironique, s’est déroulé dans un pays dont le gouvernement a ratifié cette Convention.
En Asie et dans la région euro-méditerranéenne, où les disparitions forcées sont encore chose courante, la ratification et la mise en œuvre de cette Convention, ainsi que la reconnaissance de la compétence du Comité sur les disparitions forcées, restent un défi. Nombre de ces Etats sont membres du Conseil des droits de l’Homme des Nations unies. Certains se sont engagés à signer et à ratifier cette Convention mais n’ont pas encore tenu ces promesses. A l’inverse, au nom de la sécurité nationale, ils continuent à se rendre coupables de disparitions forcées systématiques, créant ainsi une atmosphère de peur et maintenant dans le silence les souffrances des familles et communautés. Pire encore, les défenseurs des droits de l’Homme travaillant sur ces thématiques sont persécutés et dans certains cas, sont également «portés disparus ».

* Equipe de recherche de chimie organique et études physico-chimiques
Université Mohammed V - Rabat

Par le Pr. M. Salem *
Samedi 27 Décembre 2014

Lu 657 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs