Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Messi n'échappe pas au procès pour fraude fiscale




Les ennuis s'accumulent pour Lionel Messi: privé de terrain depuis deux semaines en raison d'une blessure, l'attaquant star du Barça a appris jeudi qu'il ne couperait pas à un procès pour fraude fiscale.
La star argentine du foot et son père Jorge vont, en effet, être jugés en Espagne pour répondre de présumés délits de fraude fiscale, a annoncé la justice.
"L'ouverture du procès est accordée, pour les trois délits à l'encontre du Trésor, dont sont accusés Jorge Horacio Messi Perez et Lionel Andrés Messi Cuccittini", a écrit le juge chargé du dossier dans son ordonnance de renvoi, datée de mercredi. Cette "décision est ferme et sans appel", a rappelé le magistrat.
Le juge n'a pas suivi le procureur du tribunal de Barcelone qui recommandait de ne juger que le père, en estimant que le joueur n'avait pas eu connaissance de la fraude.
Messi et son père sont soupçonnés depuis 2013 de n'avoir pas réglé 4,16 millions d'euros d'impôts, pour les droits perçus pour l'utilisation de l'image du footballeur entre 2007 et 2009. Une fraude fiscale qui aurait été réalisée par le biais de sociétés fictives, au Bélize et en Uruguay.
Le parquet n'avait requis le renvoi que du père de Messi, soulignant que l'attaquant, lui avait toujours laissé gérer ses affaires et lui faisait "aveuglément" confiance.
Mais le juge d'instruction n'a pas retenu ces arguments, estimant que des "indices de la commission d'un délit" existaient bien pour les deux.
L'avocat de l'Etat, représentant le Trésor public, a demandé que père et fils soient condamnés pour trois délits de fraude fiscale. Chaque délit est passible de 7 mois et demi de prison et, par conséquent, les deux hommes risquent 22,5 mois de prison.
Jeudi soir, l'agence représentant le joueur a, dans un communiqué, souligné les divergences entre parquet et avocat de l'Etat, estimant que la vision du premier, qui dédouanait Leo Messi, était "correcte".
Le juge d'instruction n'a pas pris de mesures de contrôle judiciaire particulières contre Messi, ni demandé une caution, rappelant au passage qu'il avait déjà volontairement remboursé les sommes dues au fisc, sans attendre une éventuelle condamnation.
Ni Messi ni son père ne devraient en principe se retrouver derrière les barreaux s'ils étaient condamnés, les peines de prison inférieures à deux ans étant rarement mises à exécution en Espagne.

Samedi 10 Octobre 2015

Lu 156 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs