Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Messi à un but de l’hommage attendu au Bernabeu




Messi à un but de l’hommage attendu au Bernabeu
Homme de tous les records, Lionel Messi pourrait asseoir sa légende, cette fois ci sur la pelouse de son ennemi juré le Real Madrid, lors du Clasico de samedi à 17H00.
Le génie de Rosario, qui n’est plus qu’à un but du record de Telmo Zarra (251 réalisations) pourrait être couronné meilleur  buteur de l’histoire de la Liga chez les Merengues. Ça sera l’occasion pour Messi, de fêter de la plus belle des manières ses 10 ans de carrières chez les Blaugrana. Le quadruple ballon d’or a marqué en une décennie le monde du football s’imposant comme l’un des meilleurs joueurs de la planète.  
La FIFA a autorisé à la Fédération espagnole de lui rendre hommage en arrêtant la partie si l’Argentin franchit la barre de 252 buts.
Allons-nous assister à ce moment historique ? Wait and see

Real Madrid  
Le 11 de rêve
Meilleur club du siècle, le Real Madrid a toujours compté dans ses rangs les meilleurs joueurs de la planète…A travers un long voyage dans le passé, nous vous proposons notre 11 de rêve de ce club mythique de tous les temps :
Casillas : San Iker. Ce surnom montre la grande place qu’occupe le portier madrilène dans le cœur des supporters. Pur produit du Real Madrid, Casillas a un palmarès irréprochable en club (3 Champions League et 5 championnats) comme en sélection (2 Coupes d’Europe et une Coupe du monde). Il incarne en toute beauté la grandeur et la richesse du Real Madrid malgré une baisse dans ces performances ces derniers temps. 
Sergio Ramos : Ramos a débarqué de Séville dans un rôle de latéral droit avant d’être replacé dans l’axe. Il se voit  attribuer le numéro 4, porté auparavant par le patron Fernando Hierro . Son engagement physique, son volume de jeu et ses multiples buts en ont fait un joueur emblématique à en juger par son but égalisateur contre Athlético dans le temps additionnel qui a offert au club madrilène la fameuse Decima.
Manuel Sanchis : Un des artisans de la « Quinta Del Buitre», cette belle génération de joueurs issus du centre de formation du Real Madrid CF, qui mène le club à une série de grand succès à la fin des années 1980. Il est le deuxième joueur à avoir disputé plus de matchs sous le maillot blanc, derrière Raul avec 710 apparitions. Capitaine modèle, on compte dans son actif deux Ligues des champions et huit Liga.
Fernando Hierro: Le plus grand défenseur de l’histoire des Blancos. Doté d’une relance propre et exceptionnelle, Fernando Hierro fait partie du club fermé des défenseurs classes. Tantôt stoppeur, tantôt milieu défensif, Hierro a inscrit 124 buts au cours de ses 14 saisons madrilènes. En 1992, il était sacré meilleur deuxième buteur de la Liga avec 21 réalisations.
Roberto Carlos : Il représente l’essence du défenseur brésilien : porté vers l’avant, technique, buteur. Ses accélérations fulgurantes, ses frappes d’une violence inouïe, son amour du débordement ont fait de lui un joueur unique sur son flanc gauche. 
Fernando Redondo : Si le Barça a eu Guardiola, le Real a possédé Redondo. Un équivalent formidable et une allure sur le terrain reconnaissable au premier coup d’œil. Un milieu défensif d’exception, formidable relanceur, et inventeur d’un dribble qui porte son nom : la Redondo, à savoir un grand pont effectué d’une talonnade, en se situant dos à l’adversaire. Geste qu’il effectua avec brio lors d’un quart de finale de Ligue des champions contre Manchester United. En six saisons, l’Argentin remporta deux Ligue des champions et deux Liga.
Luis Figo : Traître en Catalogne, icône en Castille. Tel a été le destin de Figo, star du Barça avant de filer vers l’ennemi madrilène. Le Ballon d’Or 2000 a émerveillé le public du Santiago Bernabeu pendant ses cinq années jouées sous le maillot du Real, où ses innombrables dribbles et feintes ont donné le tournis à bon nombre d’adversaires. Il fut la première pierre posée par Florentino Pérez dans sa construction des Galactiques.
Zinédine Zidane : Sa reprise de volée contre le Bayer Leverkusen en finale de la Ligue des champions 2002 restera à tout jamais comme l’un des plus grands buts de l’histoire. Idole du public madrilène, Zizou a marqué son temps, et donc son club. D’une classe inimitable, ses fameux passements de jambes et ses passes millimétrées ont fait chavirer de bonheur le monde entier. 
Cristiano Ronaldo : 272. Soit le nombre de buts marqués par le Portugais en… 259 matchs. Un chiffre ahurissant qui démontre à quel point CR7 est un joueur phénoménal. L’ailier de 29 ans, véritable machine à buts, n’est peut-être pas encore l’égal affectif de certains de ses prédécesseurs ayant portés le maillot immaculé. Mais Cristiano Ronaldo figure sans conteste parmi les plus grands joueurs de l’histoire du Real Madrid. 
Alfredo Di Stefano : Ceux qui l’ont vu jouer le décrivent comme l’égal de Pelé ou Maradona. Les images d’archives révèlent un joueur en avance sur son temps, d’un sang-froid implacable et insaisissable balle au pied. Quintuple vainqueur de la Coupe d’Europe des clubs champions (1956, 1957, 1958, 1959, 1960) et de huit championnats d’Espagne, l’Argentin naturalisé espagnol est surtout le deuxième meilleur buteur de l’histoire des Merengues avec 307 buts en 366 matchs. Ballon d’Or en 1957 et 1959, il fut élu meilleur joueur de l’histoire du Real Madrid en 2008 devant Zidane et Raul.
Raul : L’une des plus grandes légendes du club. Ses 16 saisons passées sous le maillot du Real en font l’un des joueurs les plus emblématiques de la Casa Blanca. Il est le meilleur buteur de tous les temps en Ligue des champions avec 71 buts, et le meilleur buteur de tous les temps en Coupes d’Europe (toutes coupes d’Europe confondues, 76 buts).
Et aussi : Ronaldo, Ferenc Puskas, Emilio Butragueno, Steve McManaman, Michael Laudrup, Hugo Sanchez, David Beckham, Ivan Zamorano, Davor Suker, Michel.
 
FC Barcelone  
le 11 de rêve
Barcelone et sa philosophie de jeu n’a cessé de donner au football une identité artistique. Ils sont nombreux à faire rêver la foule. Nous vous proposons notre 11 de rêve du club européen le plus titré du XXI siècle :
Andoni Zubizarreta : 410 matchs entre 1986 et 1994, vainqueur notamment de la Coupe des clubs champions 1992 et de quatre Liga consécutives, Zubizarreta est encore aujourd’hui une icône du Barça et son directeur sportif depuis l’été 2010. Le portier a aussi défendu à 126 reprises les couleurs de la Selección espagnole. Il abandonne le FC Barcelone en 1994, après la finale de la Ligue des champions perdue 4-0 contre le Milan AC à Athènes
Albert Ferrer : S’il n’a joué que 204 matchs en huit saisons avec le Barça, Ferrer a surtout, comme Zubizaretta, été l’un des membres importants du titre européen de 1992. Vainqueur des JO de Barcelone la même année, le latéral droit a aussi remporté cinq championnats avec le club blaugrana.
Carles Puyol : Jeune retraité, Puyol a été l’homme d’un seul club pendant toute sa carrière : le Barça. Pendant 15 ans, le défenseur a mené la vie dure aux attaquants adverses par sa hargne et sa fougue sans égale. Arrivé au club à 17 ans, reconnaissable entre mille par sa chevelure bouclée, Puyol aura été l’un des capitaines les plus emblématiques de l’équipe. Son palmarès n’a que peu d’équivalent avec trois Ligue des champions, six Liga et deux Coupe du Roi.
Ronald Koeman : Le défenseur néerlandais était l’un des hommes clés du système de Joahn Cruijff dans les années 90 et son passage à Barcelone est rempli de succès pour les Catalans. Formidable stoppeur, il est resté dans les mémoires pour ses frappes surpuissantes. La plus célèbre est celle qui offrit la Coupe d’Europe 92 au Barça contre la Sampdoria, le seul but de cette rencontre disputée à Wembley.
Joan Segarra : Peut-être le membre le plus méconnu de ce onze et pourtant, Segarra figure sans contestation parmi les grands noms de l’histoire du FC Barcelone. Capable de jouer au milieu ou à gauche de la défense, l’homme a remporté quatre titres et cinq coupes nationales avec le club catalan dans les années 50 et porta le brassard de son équipe pendant de nombreuses années durant ses 16 saisons passées en Catalogne. 
Josep Guardiola : Avant d’être un entraîneur mondialement reconnu, Guardiola fut surtout la figure de proue du club catalan. Pur produit de la Masia, il intègre l’équipe première en 1990 et jouera 11 ans sous les couleurs de son club de cœur. Positionné par son entraîneur Johan Cruijff devant la défense, il fait évoluer ce rôle de 6 à l’ancienne en devenant le chef d’orchestre de l’équipe, un style que l’on peut retrouver chez Andrea Pirlo ou Fernando Redondo.  Eminent membre de la Dream Team du Néerlandais, Guardiola a remporté six Liga (dont quatre consécutives) entre 1991 et 1999, ainsi que la Coupe d’Europe 1992 et une Coupe d’Europe des Vainqueurs de Coupes en 1997. Le Barça, c’est lui.
Xavi: L’influence de Guardiola sur Xavi est évidente et c’est tout naturellement que le milieu catalan fut le relai de Pep lorsque celui-ci a pris place sur le banc. Cerveau du milieu blaugrana, Xavi a tout remporté, que ce soit en club ou en sélection et est sûrement le meilleur milieu espagnol de l’histoire. Sa capacité à imprimer le rythme d’une rencontre et à orienter le jeu est sans équivalent. Formé lui aussi à la Masia, il représente cette génération dorée du Barça qui a dominé le football européen entre 2006 et 2011.
Michael Laudrup : L’artiste du milieu. Michael Laudrup a marqué de son empreinte le club catalan, en étant l’un des éléments déterminants de la Dream Team de Johan Cruijff. D’une élégance rare, le Danois possédait une facilité déconcertante pour éliminer ses adversaires et délivrer la dernière passe pour ses attaquants. Si l’arrivée de Romario en 1993 contraint Cruijff à le placer sur le banc (une équipe ne pouvait aligner que trois étrangers à l’époque), Laudrup régala pendant cinq ans le Camp Nou avant de prendre la direction du rival madrilène. En moins d’un an, il participe à deux manitas lors d’un Clasico en jouant à chaque fois dans le camp vainqueur !  Le 8 janvier 1994, il remporte avec Barcelone le Clasico 5-0. Bis repetita le 7 janvier 1995, où le Danois, sous le maillot du Real cette fois, gagne le Clasico 5-0 contre son ancien club. Unique, à l’image du joueur.
Lionel Messi : Il est en route pour devenir  le plus grand joueur de l’histoire du FC Barcelone. Son palmarès est aussi immense que son talent et à seulement 27 ans, la Pulga peut déjà dès samedi battre le record du nombre de buts marqués en Liga. Avec 250 réalisations, il n’est plus qu’à une unité du record de Telmo Zarra. Quadruple Ballon d’or, l’Argentin continue d’écrire sa légende match après match.
Ronaldinho : Il n’est jamais simple de décrire l’impact qu’a eu le Brésilien en Catalogne tant ses coups d’éclats de génie ont émerveillé le public du monde entier. Ses inspirations et ses dribbles de virtuose ont marqué à jamais le Camp Nou. La Ligue des champions remportée en 2006 au Stade de France constitue l’apothéose de l’histoire d’amour entre Ronaldinho et le Barça. Le Brésilien n’était pas simplement un joueur du Barcelone, il était avant tout une idole sur tous les terrains du monde, même à Madrid. En effet, lors du Clasico du 19 novembre 2005 remporté 3-0 par Barcelone, il délivre sa prestation la plus extraordinaire en inscrivant un doublé tout en multipliant les gestes de classe avec une facilité hors du commun. Sa sortie sous les applaudissements du Santiago Bernabeu, chose jamais vue depuis Maradona, révèle toute l’admiration que le Brésilien suscitait.
•    Ladislau Kubala : Le Hongrois est un homme à part dans l’histoire du Barça, mais aussi dans l’histoire du football en général puisqu’il porta le maillot de trois sélections différentes au cours de sa carrière (Tchécoslovaquie, Hongrie, Espagne).  Troisième meilleur buteur du club catalan, Kubala était élu meilleur joueur de tous les temps du club  par les supporters, devant Johan Cruijff et Diego Maradona, lors d’un vote ayant eu lieu en 1999 pour le centenaire du club. Sa statue se trouve à l’entrée du Camp Nou, preuve que les légendes ne meurent jamais…
Et aussi : Johan Cruijff, Luis Figo, Rivaldo, Romario, Luis Enrique, Hristo Stoïchkov, Andrés Iniesta, Ronaldo, Diego Maradona.
 

Messi à un but de l’hommage attendu au Bernabeu

Achraf Ilzam
Samedi 25 Octobre 2014

Lu 1000 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs