Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Messi à jamais dans l'ombre de Maradona




Messi à jamais dans l'ombre de Maradona
La défaite de l'Argentine en finale de la Copa America 2015 samedi a relancé le débat sur les mérites comparés de Maradona et Messi, deux des plus grands joueurs de l'histoire mais à la cote de popularité très différente auprès de leurs compatriotes.
A 28 ans, Lionel Messi n'a toujours pas conduit l'Argentine à un titre majeur, malgré trois finales, à la Copa America, en 2007 et 2015, et à la Coupe du monde, en 2014.
Après la désillusion des tirs au but contre le Chili samedi à Santiago (0-0 a.p., 4 tab à 1), pour beaucoup d'Argentins la "Pulga" (la "puce") ne peut décidément pas encore être comparée au "Pibe de Oro" ("gamin en or").
"Avec le maillot de l'Argentine, Messi n'a rien à voir avec Maradona, ce n'est pas comme cela qu'on dispute une finale", a déclaré à l'AFP Gustavo Paredes, un quinquagénaire qui a suivi la finale à la télévision depuis Buenos Aires.
A l'aune des chiffres, Messi n'a rien à envier à Maradona: en 103 sélections, il a inscrit 46 buts quand son aîné n'en a marqué "que" 31 en 91 matchs avec l'"Albiceleste". Palmarès et statistiques en club donnent aussi un très net avantage à "Leo": il a inscrit 412 buts en 482 matchs, remporté le trophée de meilleur joueur du monde - le Ballon d'Or - à quatre reprises, et collectionne les titres de champion d'Espagne (7) et les Ligues des champions (4).
Sous les maillots entre autres de Boca Juniors (1981 et 1995-97) du FC Barcelone (1982-84) et de Naples (1984-91), Maradona a lui marqué 311 buts en 589 matchs.
Et son palmarès est beaucoup plus modeste avec un seul Ballon d'Or, une Coupe du Roi, deux titres de champion d'Italie, une Coupe d'Italie et une Coupe de l'UEFA.
Mais du haut de son 1,65 m et avec sa personnalité haute en couleur, "El Diez" (Le 10) a écrit quelques unes des pages les plus flamboyantes de l'histoire du football.
A lui seul ou presque, il a offert à l'Argentine son titre mondial de 1986: cinq buts, dont un doublé contre l'Angleterre en quarts de finale avec la "main de Dieu" mais aussi cet improbable passage en revue de toute la défense anglaise; et cinq passes décisives, dont celle lumineuse à destination de Jorge Burruchaga pour le but de la victoire en finale contre l'Allemagne (3-2).
Maradona fut aussi controversé et passionné que Messi semble sage, voire effacé. Et toutes les fulgurances de Messi sur un terrain, pas même un éventuel sacre planétaire sans doute, ne pourront changer cela.

Lundi 6 Juillet 2015

Lu 586 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs