Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Merzouga : L’été des bains de sable




Merzouga : L’été des bains de sable
La plage et les zones de montagne ne sont pas les seules destinations prisées par les vacanciers en cette période estivale. Plusieurs personnes prennent de plus en plus le chemin des dunes à la recherche d’un bain de sable, l’objectif étant d’y trouver une thérapie à des maladies telles que le rhumatisme articulaire, la polyarthrite, la lombalgie, dans le cadre de ce qui est désormais appelé la sablo-thérapie. Certes, les plages méditerranéennes comme celles de l’Atlantique se trouvent submergées en été par des visiteurs nationaux et étrangers, mais cela n’empêche pas d’autres de se tourner vers le Sahara. Dans des zones où le mercure indique des températures parfois au-dessus de 45 degrés, l’on trouvera des professionnels qui accueillent des familles entières en provenance de toutes les régions du pays, mais aussi de l’étranger. Il s’agit du tourisme thérapeutique, tel que celui qu’essayent de développer certaines stations de thalassothérapie modernes et traditionnelles au Maroc. La destination est, bien évidemment, le Sud et le Sud-Est marocain. Merzouga, Zagora, M’hamid El Ghizlane, Ouarzazate, Guelmim, Smara et bien d’autres régions offrent à leurs visiteurs des bains de sable brûlants à perte de vue. Il est ainsi recommandé de couvrir les personnes juste après les bains de sable pour éviter des bronchites et des coups de vent et l’eau reste essentielle aux personnes enfouies sous le sable, et cela contrairement à certaines pratiques constatées l’interdisant. Ensuite, les guides devraient prendre leurs précautions et ne passer à l’acte qu’une fois toutes les conditions sont favorables. Il faut éviter de soumettre les vieilles personnes à cet exercice périlleux et donner à boire à ceux qui subissent l’opération de « r’dam » (effondrement). Chaque opération ne doit pas dépasser cinq minutes, afin de ne courir aucun risque d’hypotension du fait de la vasodilatation des vaisseaux sanguins. Avec la conjugaison des efforts et l’organisation de ce genre de tourisme, l’on pourrait ériger les bains de sable en créneau à part.
Si l’objectif premier reste thérapeutique, l’engouement des visiteurs pour les splendides paysages naturels est aussi grand. Question de joindre l’utile à l’agréable. Il permet ainsi aux touristes d’apprécier le charme du désert, les dunes de sable d’orée amoncelées par les vents, les villages d’argile, les casbahs historiques, les chemins des caravanes et les magnifiques gens du Sud, les nuits douces et claires.
Sur le plan économique, l’été, qui est une basse saison dans ces régions, retrouve alors une animation particulière. Plusieurs établissements d’hébergement touristique reprennent leur dynamisme, notamment les hôtels non classés, les gîtes, auberges et maisons d’hôtes. « Si les structures hôtelières classiques accusent en cette période de faibles taux de remplissage, d’autres petites unités bénéficient d’un flux important et elles arrivent à plusieurs reprises, à afficher complet », explique un opérateur touristique de la ville de Merzouga. Seulement, pour bénéficier des bains de sable dans ces régions, une tradition s’est érigée, bon an mal an, en impératif, question de préserver des vies humaines de risques soudains. Il est à souligner certes que la multiplication des flux dénote un résultat positif, mais aucune étude scientifique n’a établi jusque-là la véracité des faits constatés. Seulement, l’expérience a apporté la preuve, selon les professionnels de ce commerce saisonnier, sur ses bienfaits. Même les médecins de la région affirment que les gens se sentent beaucoup mieux après avoir bénéficié des bains de sable. D’ailleurs, le taux de retour n’en est qu’un indice qui confirme ce fait. Selon des sources médicales de la région, certaines personnes déclarent que les bienfaits de ces bains de sable ont réussi là où ont échoué différents médicaments. « En deux ans, le dos d’un visiteur était redevenu comme il était avant et les traces des courbes ont totalement disparu», souligne l’une des personnes bien au fait de ces opérations rituelles. La fréquence de ces bains de sable a engendré une certaine coordination entre les personnes qui supervisent ces opérations et les autorités hospitalières qui prodiguent toutefois des conseils majeurs aux visiteurs obligés d’avoir des autorisations d’aptitude physique. D’abord, il est impératif que le visiteur se rende chez un médecin avant de bénéficier des bains de sable, afin qu’il soit sûr que son cœur supportera cette chaleur sous le sable. Il ne faut pas non plus enfouir les personnes diabétiques, ni celles souffrant de problèmes cardio-vasculaires et d’insuffisance rénale. Les témoignages se font nombreux sur les effets thérapeutiques des bains de sable, mais il y a lieu toutefois de mettre en garde contre certaines pratiques malencontreuses.

Rachida Alami
Mardi 13 Juillet 2010

Lu 2139 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs