Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Méningite : un "vaccin révolutionnaire" pour l’Afrique




L’Organisation mondiale de la Santé (OMS) salue de façon dithyrambique l’arrivée d’un nouveau vaccin conjugué anti-méningococcique A, MenAfriVac. Et pour cause : ce vaccin « révolutionnaire (…) promet de mettre un terme aux épidémies mortelles de méningite en Afrique ».
Développé grâce à un partenariat public/privé – le Projet Vaccins Méningite (PVM) – ce vaccin était très attendu par les spécialistes. A l’image de Jean-Philippe Chippaux de l’Institut de recherche pour le développement (IRD). « Nous savions que ce vaccin conjugué était à l’étude depuis 2001. On nous annonçait effectivement un produit très efficace, et à faible coût. Nous attendions de voir si les promesses allaient être tenues, notamment en termes de coût ».
D’après l’OMS, tel est bien le cas. « A moins de 0,5 dollar américain la dose, MenAfriVac apporte une solution très abordable à l’un des problèmes sanitaires les plus importants de l’Afrique ». Il s’adresse plus particulièrement aux pays de la « Ceinture de la méningite », une zone qui traverse le continent du Sénégal à l’Ethiopie. Des flambées de méningite y surviennent régulièrement. Et chaque épidémie fait des milliers de victimes, notamment parmi les enfants et les jeunes adultes. La dernière date de 2009. Au total, 88.000 personnes avaient été touchées. Et 5.000 en sont mortes.
Plus de 150 000 vies épargnées d’ici 2015 ?
Le Burkina Faso sera le premier pays à expérimenter sur une grande échelle ce nouveau vaccin. D’ici la fin décembre, 12 millions de Burkinabés le recevront. Au total sur le continent africain, environ 150 000 jeunes vies pourraient être sauvées d’ici 2015 », a déclaré le Dr Margaret Chan, Directrice générale de l’OMS.
 « Ce vaccin constitue effectivement une avancée très importante », reprend Jean-Philippe Chippaux (IRD). Il tient toutefois à rappeler que le combat n’est pas gagné d’avance. Ce spécialiste des campagnes de vaccination et de l’Afrique rappelle qu’il est souvent « compliqué de convaincre des parents désargentés d’investir même modestement, pour vacciner des enfants qui ne sont pas malades. Sans compter qu’il est essentiel de s’assurer que tous les moyens logistiques indispensables soient déployés au bon endroit, au bon moment, pour mener à bien ces campagnes».

DestinationSanté.com
Lundi 13 Décembre 2010

Lu 384 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs