Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Même si les exportations demeurent faibles : La balance commerciale profite de la dépréciation des produits pétroliers




Même si les exportations demeurent faibles : La balance commerciale profite de la dépréciation des produits pétroliers
Même si le Maroc  est affecté par les effets néfastes de la crise financière et économique mondiale, sa balance commerciale semble tirer profit de cette conjoncture. Deux éléments expliquent cette situation. En premier lieu, les importations des produits pétrolières baissent sensiblement par rapport à l’année dernière. La facture pétrolière a déjà baissé de plus de 70% en valeur, ce qui apaisera les finances publiques et donnera une grande marge de manœuvre au ministère de l’Economie et des Finances d’exécuter son budget sans se serrer la ceinture. En deuxième lieu, les importations en céréales ont été revues à la baisse en perspective d’une bonne année agricole qui se confirmera, certes, d’ici le mois de mai, mais qui bénéficiera certainement de la pluviométrie enregistrée dans les principales zones agricoles.
En attendant, le taux de couverture des exportations par les importations s’est amélioré en janvier dernier. Ce constat ne résulte pas d’un bon comportement de l’offre exportation du Maroc, mais plutôt d’une baisse considérable de la valeur des achats en produits pétroliers. L’Office des changes indique dans ce cadre une forte baisse des importations de produits énergétiques qui représente 46,6% de la baisse totale des importations.
En janvier 2009, les importations de marchandises évaluées CAF, se sont établies à 18.707,4MDH contre 23.854,4MDH en janvier 2008, en baisse de 21,6%.
 La baisse des importations a affecté aussi bien les achats de pétrole brut : 720,6MDH contre 2.557,4MDH, soit -71,8%, que les importations hors pétrole - 15,5%, indique l’Office des changes.
Le recul des importations de produits énergétiques (-2.396,1MDH) et des demi-produits (-1.733,4MDH) représentent 80,2% de la baisse totale des importations (-5.147MDH).
S’agissant de la facture pétrolière, le Maroc a importé en janvier dernier pour 720,6 millions de dirhams  de pétrole brut, facture qui s’est inscrite en baisse de 71,8%, pour un volume importé également en régression (-43%) par rapport au même mois de 2008, selon l’Office des changes.
Le tonnage de brut importé a atteint, durant le premier mois de l’année en cours, quelque 278.500 tonnes contre 489.200 tonnes une année auparavant, relève-t-on dans les dernières statistiques rendues publiques par l’Office sur les échanges extérieurs du Maroc.
Outre le recul du volume importé, l’allègement de la facture pétrolière du Royaume s’explique par la dépréciation des cours du pétrole sur le marché international.
Le prix moyen de la tonne de brut importé s’est déprécié de 50,5% pour se stabiliser à 2.587 dirhams en janvier dernier au lieu de 5.228 dirhams en janvier 2008, précise l’Office, ajoutant que l’évolution mensuelle des achats du pétrole brut laisse apparaître que le prix moyen de la tonne importée poursuit sa baisse depuis le niveau record atteint en juillet dernier (7.211 dirhams la tonne).
L’Office des changes explique que la baisse des importations du brut, conjuguée au recul des acquisitions de gas-oil et fuel-oil (-48,5%) et de gaz de pétrole et autres hydrocarbures (-43%), explique la régression des achats de produits énergétiques en général, qui sont passés de 5.129,2 MDH en janvier 2008 à 2.733,1 MDH une année après (-46,7%).
Suite à cette évolution, les produits énergétiques ont reculé à la 4ème place avec 14,6% du total des importations nationales, après avoir occupé le 3ème rang en janvier 2008 avec 21,5%.
Au-delà des produits pétroliers et énergétiques, et excepté la hausse relevée au niveau des produits finis d’équipement, les autres groupes de produits ont enregistré des baisses, particulièrement les produits énergétiques et les demi-produits. En ce qui concerne les produits finis d’équipement, leurs importations ont cumulé à 5.221,3MDH contre 5.148,3MDH, soit une légère hausse de 1,4% qui s’explique par l’augmentation des achats de machines et appareils pour industries alimentaires, de machines et appareils divers et de matériel à broyer et à agglomérer (+48,8%) atténuée, toutefois, par le recul des importations de fils et câbles pour l’électricité (-63,3% ou -246,6MDH).
Les produits finis d’équipement se classent au premier rang parmi les groupes de produits à l’importation avec une part de 28% (21,6% en janvier 2008).
En plus  des produits énergétiques, la baisse a affecté les importations des demi-produits dont les importations ont totalisé 3.543,9MDH  au mois de janvier 2009 contre 5.277,3MDH une année auparavant, soit -32,8%. Ce repli est imputable à la baisse des importations de fer et acier en blooms et ébauches, de produits chimiques (-30,2%) et de matières plastiques artificielles (-23,4%)
Les demi-produits se situent à la troisième place en janvier 2009 avec une part de 18,9% après avoir occupé le premier rang en janvier 2008 (22,1%).

Mohamed Kadimi
Vendredi 6 Mars 2009

Lu 214 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs