Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Même si elle a enregistré un résultat net négatif de 1,2 milliard de DH

La SAMIR a réussi le pari de la modernisation de sa raffinerie




Même si elle a enregistré un résultat net négatif de 1,2 milliard de DH
En dépit du contexte mondial difficile, le fleuron de l'industrie du raffinage au Maroc assure l'approvisionnement du marché, modernise ses unités de production et gère au mieux ses principaux indicateurs. La Société marocaine de raffinage a réalisé en 2008 un chiffre d'affaires estimé à 41,6 milliards de DH contre 31,4 milliards de DH en 2007, soit une croissance de 32% sous l'effet combiné de l'augmentation des ventes sur le marché national de 9%, et de la hausse des prix de reprise enregistrée à fin août 2008. Ces résultats ont été obtenus même si la raffinerie est en cours de modernisation et que l'année 2008 a été marquée par une évolution contrastée des cours du pétrole brut, défavorable à l'industrie du raffinage.
A noter que les cours ont augmenté d'une manière rapide et continue, pour atteindre 144 dollars le baril en juillet 2008, puis chuter brutalement, pour se situer à 37 dollars le baril en décembre, accusant une baisse de 74%, impactés par la crise financière mondiale. Cette situation sans précédent a engendré une dépréciation significative de la valeur des stocks.
Dans ce contexte dégradé, le secteur du raffinage a enregistré des performances négatives. Ces contre-performances ont notamment concerné les raffineries ne disposant pas d'activités d'extraction de pétrole.
En 2008, la SAMIR a approvisionné près de 80% des besoins du marché national en produits pétroliers hors GPL.
De ce fait, le raffineur a réalisé un résultat d'exploitation négatif de 810 millions de DH contre un résultat positif de 491 millions de DH en 2007. Il a été lourdement affecté par la dépréciation de la valeur des stocks qui s'établit à 1,8 milliard de DH.
A titre de rappel, la réglementation en vigueur impose à la SAMIR de détenir de façon permanente, un stock stratégique de pétrole équivalent à un mois de consommation nationale. Aussi, la raffinerie dispose-t-elle d'un stock outil équivalent à 15 jours de ventes. Ces stocks sont évalués selon les standards internationaux basés sur la méthode FIFO.
L'impact de la baisse des prix sur la valeur des stocks de la raffinerie s'est avéré dur: Un résultat financier négatif de 224 millions de DH, contre un résultat positif de 26 millions DH en 2007. En conséquence, la société a enregistré un résultat net négatif de 1,2 milliard de DH contre un résultat positif de 421millions de DH en 2007, à l'image des raffineries similaires à l'échelle internationale.
Par ailleurs, le bilan financier a enregistré un fonds de roulement négatif de 3 milliards de DH contre un montant positif de 1,9 milliard de DH en 2007, sous l'impact de l'augmentation de l'actif immobilisé et du résultat négatif de l'exercice. Cette situation exceptionnelle sera rétablie avec le redressement des cours du brut, le démarrage de l'hydrocraking et l'obtention du complément de financement du projet de modernisation.
Le Conseil d'administration a décidé de proposer à l'assemblée générale ordinaire des actionnaires, qui se tiendra le 4 juin 2009, d'affecter le résultat net négatif de 1,2 milliard de DH.
Même si la conjoncture est défavorable, la SAMIR a poursuivi sa plus grande réalisation que l'industrie nationale du raffinage ait connue depuis la création de son complexe des huiles lubrifiantes en 1984. Il s'agit du  projet de modernisation de la raffinerie de Mohammedia qui intègre tous les éléments de la stratégie pétrolière nationale et englobe les technologies les plus modernes et les procédés les plus performants pour renforcer la sécurité d'approvisionnement du pays en produits pétroliers, renforcer la protection de l'environnement, consolider la sécurité du site d'exploitation et des zones environnantes et produire des carburants propres et conformes aux normes européennes, en particulier le gasoil 50 ppm et le gasoil 10 ppm .
Ce projet qui a démarré dès septembre 2005 fait partie du programme général de modernisation de la raffinerie de Mohammedia, dont le budget global est estimé à plus  816 millions de dollars US et qui a fait l'objet de la convention d'investissement signée le 20 décembre 2004 entre le gouvernement marocain et  la SAMIR.
En atteignant, à fin janvier 2009, 96% d'avancement global des travaux et en achevant 50% des tests de performance sur les nouvelles installations, la modernisation de la raffinerie Mohammedia est entrée dans sa phase la plus importante.
Conformément à l'engagement pris par le raffineur de donner la priorité à l'approvisionnement du marché national en gasoil 50ppm, la société a élaboré un programme de production en deux étapes. La première, à partir d'avril 2009, porte sur la production du gasoil 50 ppm. La deuxième, durant juin 2009, concerne la mise en exploitation de l'unité de l'hydrocaker permettant la transformation du fuel en gasoil 50 ppm, à forte valeur ajoutée pour la SAMIR. 

Mohamed Kadimi
Lundi 13 Avril 2009

Lu 380 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs