Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Meknès à l’heure du hip-hop et du breakdance




«Free style Maroc Urbain Danse » en est à sa 5ème édition cette année et toujours à Meknès. Cette manifestation va être organisée  du 16 au 20 décembre. La capitale ismaélienne est devenue une adresse incontournable pour ce genre de danse et draine chaque année de plus en plus de participants. Cette compétition de breakdance et de hip-hop a en fait gagné ses lettres de noblesse et commence à concurrencer sérieusement ce qui se fait à ce niveau en Europe, en Amérique et en Asie. C’est aussi une possibilité pour le lauréat de pouvoir inscrire son nom en lettres d’or dans les annales de cette expression artistique corporelle. Une raison de plus pour tenter de convaincre un jury international venu pour la circonstance. Ils sont venus, en effet, d’Espagne, de France, d’Allemagne et d’Algérie pour juger le niveau des participants qui, d’année en année, peaufinent leurs prestations et ajoutent des nouveautés à leurs prouesses. Pour Amine Waqkrim, le directeur du festival, « de plus en plus de jeunes s’intéressent à la danse hip-hop et à tous les types de breakdance. Le nombre croissant de jeunes passionnés constitue un coup de pouce pour nous. La ville de Meknès, berceau de la danse urbaine, a réussi le pari d’initier un rendez-vous incontournable où les danseurs en herbe côtoient les professionnels du métier ».
Et en vue de détecter, rassembler et encadrer les jeunes, l’Association Espoir Jeunesse Maroc (EJM) partenaire fondateur de ce festival, ne fait pas dans le détail, et ce pour que cette manifestation permette un développement social et économique.
Cependant le grand mérite de ce mouvement qui intéresse les jeunes et dont la participation au rendez-vous de Meknès a été fixée dans une fourchette d’âge allant de 13 à 38 ans, c’est le fait qu’il soit entièrement axé sur le sport. Il va sans dire, en effet, que pour réussir des prouesses comme celles qu’on voit dans le hip-hop et le breakdance, il faut être doté d’une grande souplesse et beaucoup d’agilité, choses qu’on ne peut avoir sans être de véritables sportifs. Il apparaît ainsi que ces expressions artistiques corporelles encouragent les jeunes à s’adonner au sport et donc, éviter  la drogue et d’autres pratiques nocives. D’ailleurs, l’événement de Meknès est organisé sous le thème « Les arts urbains contre la drogue ».
Rien que pour cela, il est nécessaire de promouvoir et d’encourager cette pratique. Un esprit sain dans un  corps sain, comme dirait l’adage.      

L
Samedi 19 Décembre 2009

Lu 350 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs