Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Mehdi Alaoui Mdaghri : Le Forum de la mer sera le lien bleu à la COP 22




Fervent défenseur de l’environnement, en particulier des océans, Mehdi Alaoui Mdaghri est le Fondateur du Forum de la mer dont la quatrième édition s’est achevée ce week-end à El Jadida par un appel à la création d'un Observatoire de la mer et du littoral.
Une édition particulièrement riche, marquée par une forte présence d’experts et spécialistes des questions environnementales et d’étudiants venus participer aux débats sur l’évolution des océans et du littoral.


Libé : Le Forum de la mer a obtenu la labellisation de la COP 22. Qu’est-ce que cela apporte de particulier?
Mehdi Alaoui Mdaghri : La labellisation COP22 confirme qu’on est en parfait accord avec les objectifs de la COP et que le Forum de la mer répond parfaitement aux thématiques qui seront abordées lors de la prochaine COP qui se tiendra en novembre prochain à Marrakech.
Par cette labellisation, le Comité de pilotage de la COP22 témoigne de la qualité des thèmes abordés dans nos travaux, et confirme la dimension internationale et l’originalité même du Forum.
On est donc très fiers d’autant plus que cette labellisation réconforte nos choix et nous donne plus de légitimité pour être ce que nous sommes : une plateforme de réflexion et d’action, une force de proposition...
Grâce à ce label, on va être le lien « bleu » à la COP22 où l’on proposera des recommandations et des actions concrètes. Comme la création d’un Observatoire de la mer et du littoral qu’on appelle de nos vœux et qui sera une structure de gouvernance et de recherche. C’est important, car il faut des mécanismes  de gouvernance transversale.

Le Forum a reçu cette année plusieurs personnalités qui ont participé à la COP21. En quoi leur présence a-t-elle été bénéfique pour le forum ?
Le Forum de la mer se dresse cette année comme un pont entre la Conférence des Nations unies sur le climat de Paris (COP21) et celle de Marrakech (COP22). La présence des personnalités telles que Gilles Bœuf, Françoise Gaill, Nicolas Imbert ou encore Catherine Chabaud a permis de faire la synthèse de la COP21, qui était celle de la mise en place d’une feuille de route.
Sachant que la COP22 sera celle de l’action et de la mise en œuvre de l’Accord de Paris, leur expérience avérée nous a permis d’avancer sur bien des points. Notamment sur ce que l’on pourrait proposer de concret pour la COP22.
A ce propos, il faut savoir qu’on participera aux travaux de ce grand rendez-vous du climat en tant que Forum de la mer et qu’on entreprendra, à cette occasion, plusieurs actions de sensibilisation avec le ministère de l’Environnement.
Par ailleurs, on compte organiser une caravane qui partira de Tanger jusqu’à Dakhla avec des actions sur le littoral visant la sensibilisation au développement durable et une meilleure connaissance de celui-ci.

Vous avez déclaré lors de la séance inaugurale que l’océan a longtemps été absent des débats des conférences des Nations unies sur le climat jusqu’à la COP21 de Paris. Quelles en étaient les raisons, selon vous ?
Il y a plusieurs raisons à cela. La première est que l’océan est un espace vaste et encore méconnu et qu’on n’abordait pas des thématiques liées à son sujet. D’autant plus que peu de recherches lui ont été consacrées.
La seconde raison est que l’océan n’appartient à personne, ce qui fait que personne ne s’en occupe vraiment. C’est un terrain lambda. Pour beaucoup de gens, la haute mer, c’est le phare ouest.
On peut ajouter une autre raison à cette absence d’intérêt: l’océan est un espace où il n’y a ni élus ni électeurs.
Heureusement qu’on constate maintenant une prise de conscience parce qu’on voit s’ériger le « 7ème continent », formé de déchets plastiques. On s’aperçoit que les produits de la pêche diminuent, la montée des eaux se fait de façon catastrophique et que des pays risquent de disparaître. On voit tellement de choses que l’océan est désormais au centre du débat.

Plusieurs activités culturelles et artistiques sont organisées depuis la création de cet événement. Pensez-vous qu’elles aient contribué à faire changer les mentalités à ce sujet?
Les messages véhiculés lors des différentes manifestations passent extraordinairement bien, au point que plusieurs personnes attendent avec impatience le Forum de la mer.
De plus en plus  de partenaires sont émerveillés de voir autant d’enfants qui participent à cet événement.
On a vu beaucoup d’enfants d’El Jadida s’activer au sein des Maisons de jeunes et   des associations qui accordent également un intérêt aux enfants défavorisés.
On voit bien qu’ils sont heureux d’être là. Je peux vous assurer que cela fait d’eux des citoyens maritimes de demain.
Par ailleurs, n’oublions pas que la loi littorale a finalement été adoptée. On ne peut plus faire n’importe quoi : par exemple, construire une cabane à Al Haouzia, comme cela se faisait pendant des années. C’est la preuve que certaines de nos recommandations se sont concrétisées.

Propos recueillis par Alain Bouithy
Mardi 10 Mai 2016

Lu 1572 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs