Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Médicament à base de cannabis

Le Sativex exposerait à des risques de dépendance psychique et physique




Médicament à base de cannabis
L’arrivée du Sativex dans les officines françaises fait de nouvelles vagues. Notamment du côté de l’Académie de médecine qui pointe les risques liés à la prise de ce médicament à base d’extraits de cannabis.
Les risques liés à la prise de ce produit, dont les principaux actifs sont le delta-9-tétrahydrocannabinnol (THC) et le cannabidiol (CBD), seraient bien plus importants qu’on le laisse entendre, selon l’Académie.
«Les risques que fait courir le THC (tétra-hydro-cannabinol) sont très nombreux, souvent graves et incompatibles avec un usage thérapeutique», a mis récemment en garde l’Académie de médecine.
Destiné à soulager les malades atteints de sclérose en plaque, le Sativex peut entraîner une “dépendance psychique et physique” chez les patients, s’inquiète-t-elle. Et rappelle qu’en dépit de l’arrêt du traitement, ces derniers garderont jusqu’à deux mois les traces des substances contenues dans leurs urines.
L’Académie s’alarme aussi des risques potentiels que pourraient occasionner “des interactions médicamenteuses nombreuses et gênantes”.
Outre l’usage détourné que pourraient faire certains médecins, comme la multiplication des prescriptions hors autorisation de mise sur le marché (AMM), l’Académie indique également que ce produit aurait d’autres conséquences tout aussi importantes comme la diminution des capacités intellectuelles et une augmentation des troubles cognitifs. Auxquels il faudra ajouter le risque de cancer testiculaire “agressif”, les problèmes cardiovasculaires et d’anomalies potentielles chez l’enfant à naître.
Il est à rappeler que le Sativex est un médicament sous forme de spray buccal produit par les laboratoires britanniques GW Pharmaceuticals. Il est le premier médicament dérivé du cannabis à avoir reçu le feu vert des autorités sanitaires françaises.
Quoi qu’en pense l’Académie, 22 pays dont 17 pays européens ont déjà autorisé l’usage de ce produit. Qui, estime-t-on dans le secteur de la santé, vient renforcer l’arsenal thérapeutique du médecin.  Interrogé par notre confrère Le Monde, le professeur Patrick Vermersch, chef du service de neurologie de l’hôpital de Lille, estime qu’« il offre une alternative précieuse pour les patients qui souffrent de contractures involontaires des muscles (spasticité), et qui ne réagissent pas aux traitements habituels». Cependant, reconnaît-il, «tous les patients n’y répondent pas positivement. (Aussi), des patients fragiles, qui ont par exemple des troubles de la mémoire ou des phases de dépression, peuvent avoir éventuellement quelques effets secondaires». Et de rassurer : «La substance responsable de l’effet euphorisant du cannabis est limitée et son impact modéré en raison de la présence d’autres molécules».
En France, le Sativex que d’aucuns appellent cannabis thérapeutique sera dans les pharmacies en 2015. 

Alain Bouithy
Vendredi 24 Janvier 2014

Lu 633 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs