Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Maximilian Schell, l'un des grands Européens d'Hollywood, n’est plus




Maximilian Schell, l'un des grands Européens d'Hollywood, n’est plus
L'acteur Maximilian Schell, l'un des quelques Européens à avoir réussi à Hollywood, s'est éteint samedi en Autriche, où il continuait de vivre sa passion à l'âge de 83 ans.
 L'Oscar 1961 du meilleur acteur a succombé en pleine nuit à "une maladie grave et soudaine" dans une clinique d'Innsbruck (ouest de l'Autriche), a annoncé son agente Patricia Baumbauer. Les médias locaux ont évoqué une pneumonie.
Artiste aux talents multiples, du théâtre au cinéma en passant par la mise en scène d'opéra et la réalisation de documentaires, Maximilian Schell était le frère de Maria Schell (1926-2005), une autre Européenne à avoir, comme lui, percé dans le cinéma américain dans la lignée des Greta Garbo, Marlene Dietrich ou Alfred Hitchcock.
Il était né le 8 décembre 1930 à Vienne. Fils de l'écrivain suisse Ferdinand Schell et de la comédienne autrichienne Margarethe Noe von Nordberg, il détenait les deux nationalités. 
La famille s'enfuit vers la Suisse en 1938, lors de l'annexion (Anschluss) de l'Autriche par l'Allemagne nazie. 
Maximilian ira au lycée de Bâle. C'est au théâtre municipal de cette ville qu'il fera ensuite, à 23 ans, ses débuts de metteur en scène, dramaturge et comédien. C'est l'époque où Maria devient une star mondiale, devenant la première comédienne à avoir les honneurs de la couverture de Time Magazine.
"Je suis resté dans son ombre pendant toute ma vie", déclarait modestement il y a quelques années "le petit frère" au journal allemand "Süddeutschen Magazin". Sa dévotion fraternelle le conduira, en 2002, à réaliser le documentaire intimiste "Ma soeur Maria".
Hollywood le découvre en 1958 dans "Le Bal des Maudits" (The Young Lions), où il partage l'affiche avec Marlon Brando. La consécration arrive en 1961, avec un Oscar du meilleur acteur pour le rôle d'un avocat de nazis dans "Jugement à Nuremberg" (Judgment at Nuremberg), de Stanley Kramer.

AFP
Lundi 3 Février 2014

Lu 53 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs