Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Maurice Buttin: On veut me faire taire

Les ONG de défense des droits de l’Homme scandalisées par la poursuite en justice de l’avocat de la famille Ben Barka




Maurice Buttin: On veut me faire taire
L’avocat de la famille de Mehdi Ben Barka, qui sera jugé mardi prochain à Lille (Nord-France) pour «violation du secret professionnel», a affirmé que ce procès vise surtout à le «faire taire».
A travers un tel procès, «on veut essayer de faire taire l’avocat de la famille Ben Barka qui s’exprime publiquement, depuis bientôt 50 ans !», a indiqué Me Buttin.
Les autorités judiciaires françaises reprochent à l’avocat français d’avoir divulgué des secrets de l’instruction à propos des mandats d’«arrêt internationaux lancés contre des sécuritaires marocains en 2007», qui seraient impliqués dans l’enlèvement et l’assassinat, en octobre 1965 à Paris, de Mehdi Ben Barka.
«Je sais que cette plainte émane de Miloud Tounsi alias Chtouki, commissaire de police en retraite, accusé de complicité dans l’enlèvement de Mehdi Ben Barka, et condamné par contumace le 5 juin 1967 à la réclusion criminelle à perpétuité par la Cour d’Assises de la Seine», a affirmé Me Buttin, relevant la lenteur de l’appareil judiciaire dans cette affaire.
«La plainte a été déposée sous l’ère Nicolas Sarkozy (ex-Président), elle sera jugée sous l’ère François Hollande (Président actuel) (...)», a-t-il ironisé, rappelant qu’il a été constitué dans cette affaire par la mère de Mehdi Ben Barka, le 31 octobre 1965, alors qu’il était avocat à la Cour d’Appel de Rabat.
«J’ai rejoint mes confrères parisiens, constitués par la suite, - tous décédés aujourd’hui-, pour la première audience du procès Ben Barka, le 6septembre 1966», a-t-il ajouté, rappelant qu’à la suite de sa plaidoirie, il, lui  a été interdit de revenir au Maroc.
«Je n’ai pu y retourner que 17 ans après, participant à la délégation française, lors de l’invitation au Maroc, en janvier 1983, du président de la République, François Mitterrand», a précisé l’avocat français, aujourd’hui âgé de 85 ans.
Tout en qualifiant son prochain procès d’«aberration», Me Buttin a estimé que l’objectif visé est «d’essayer de bloquer la justice, du côté marocain par une non-exécution d’une commission rogatoire, et du côté français, du mandat d’arrêt».
Pour Bachir Ben Barka, le fils aîné du martyr, la poursuite à l’encontre de Me Buttin est le troisième volet d’une suite de procédures qui a débuté en 2007, lorsque le juge Ramaël a lancé des mandats d’arrêt internationaux à l’encontre de responsables sécuritaires marocains et qui vise l’action de la famille Ben Barka pour connaître la vérité sur le sort de Mehdi Ben Barka.
«Il y eut d’abord une première plainte déposée par Miloud Tounsi, l’un des sécuritaires concernés par les mandats d’arrêt, qui était plus connu sous le nom de Chtouki lorsqu’il opérait à Paris en octobre 1965 au moment de l’enlèvement.«La plainte visait Joseph Tual, journaliste à France 3, qui a beaucoup travaillé sur le dossier et l’a même fait progresser», a-t-il expliqué, rappelant que Miloud Tounsi avait perdu son procès. S’en est suivie, a ajouté le président de l’Institut Ben Barka-Mémoire Vivante, une «tentative (vaine) de déstabilisation du juge Ramaël par sa hiérarchie, toujours suite au lancement de ces mandats». Pour lui, le travail que fait Me Buttin depuis des dizaines d’années pour aider l’action des juges d’instruction et pour essayer de «lever les obstacles politiques semble gêner aujourd’hui ceux qui protègent les criminels qui ont enlevé, puis assassiné (son) père il y a bientôt cinquante ans».
«C est la seule explication que je donne à cet acharnement juridique et à cette obstination politique d’entraver l’action de la justice», a-t-il opiné, regrettant que «seules les raisons d’Etat françaises et marocaines ont permis aux responsables du crime de rester impunis et la vérité inconnue». Vendredi, des associations et des organisations de défense des droits de l’Homme activant en France se sont déclarées, dans un communiqué commun, «scandalisées» d’apprendre que l’avocat de la famille Ben Barka, Me Maurice Buttin, sera jugé pour «violation du secret professionnel».
Elles ont affirmé «constater, qu’au lieu d’agir dans le sens de la levée des blocages pour favoriser la manifestation de la vérité sur le sort de la disparition de Mehdi Ben Barka, les autorités judiciaires françaises n’ont mieux trouvé que de poursuivre en justice le plus ancien avocat de la famille Ben Barka qui prend en charge l’affaire depuis 50 ans».

Lundi 17 Février 2014

Lu 1093 fois


1.Posté par plékhanov le 17/02/2014 20:28
L'avocat se garde ,à ce qu'il paraît, de démentir l'accusation et préfère parler de" tentatives de le faire taire".C'est pour le moins curieux .Qu'il ose nous dire clairement et simplement qu'il n'a jamais divulgué le secret professionnel.
Bachir Ben Barka,de son côté,continue de demander que la vérité soit connue,c'est bon.Et les verdict déjà prononcés dans cette affaire,ont-ils été basés sur des présomptions et non sur la vérité?

2.Posté par plékhanov le 18/02/2014 21:06
On dirait que certains n'ont pas la conscience tranquille dans cette affaire tant et si bien que même les questions les plus logiques, les plus simples aussi les dérangent...Peut-être ont-ils l'habitude que les gens les croient sur parole.
Comment se fait-il ,en effet, que des coupables aient été désignés, jugés et allaient faire ou peut-être même font l'objet de mandats internationaux...et qu'en même temps on continue de réclamer "la vérité, toute la vérité" là-dessus?
Sur la base de quoi ont-ils été jugés et condamnés alors? Sur des présomptions? A constater combien ces questions font peur, on croirait que oui...
Pourquoi l'avocat Buttin ne dit-il pas simplement qu'il n'a pas violé le secret professionnel au lieu de prétendre qu'on veut le faire taire? Et puis qu'a-t-il à dire qu'il n'a pas déjà dit et redit ? Depuis un demi-siècle,il ne fait qu'accuser la France et le MAROC. Cet homme est simplement nul et n'a rien dans le ventre à part les déclarations fracassantes...

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs