Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Mata … un simple jeu qui renferme des traditions ancestrales très sérieuses




Mata … un simple jeu qui renferme  des traditions ancestrales très sérieuses
Le cheval était à l’honneur du 24 au 26 mai 2014 à Larache. La 4ème édition du Festival international d’équitation Mata a connu un franc succès. Le site de Znied, dans la commune rurale de Larbae Ayacha (province de Larache), a vécu, trois jours durant, une série de spectacles où le cheval a eu tous les honneurs. 
Le programme était riche et varié avec des activités sportives, culturelles et artistiques en présence d’un public nombreux venu de toutes les régions du Maroc comme de l’étranger. Cet événement s’est déroulé sous le signe “Mata : Espace pour la consécration des valeurs et des fondements spirituels”.
Organisée par l’Association Alamia Laaroussia pour l’action sociale et culturelle, cette manifestation a été marquée également par une exposition de produits de terroir et d’artisanat consacrée aux exposants venus des provinces du Sud du Royaume. Une manière de faire de ce festival un tremplin vers d’autres horizons de développement. 
 «Mata est un grand festival, par son public, par son programme et ses activités diverses, mais il a encore besoin d’être connu par les Marocains pour venir passer de bons moments et promouvoir le patrimoine national », dit le comédien marocain Hicham El Ouali,  présent lors de cette édition. 
Cette année, le festival a été notamment marqué par la présence d’une délégation des provinces du Sud, consacrant les relations entre le sud et le nord, mais aussi l’extension spirituelle des érudits alamis dans le Sud. D’ailleurs, une délégation venant de Mauritanie est venue rendre hommage aux Alamyiines, lors de cette édition. 
Comme à l’accoutumée, la compétition a attiré un grand public. Dès la première journée l’on avait pris connaissances des équipes équestres qui prennent part à cette manifestation. Mata, une tradition ancestrale qui se déroule après le criblage des champs de blé, consiste à ce que les cavaliers représentant différentes tribus de la région se disputent une poupée fabriquée à l’aide de roseaux et de tissus. 
Cette poupée est remise au chef des cavaliers venus des villages et des tribus de la région lors d’un cortège constitué des jeunes hommes du village concepteur. Le jeu, ou la compétition, consiste en des va et vient dans le champ consacré à l’occasion et à chaque allée et à chaque venue, un des cavaliers cherche à arracher la poupée et à la mettre devant lui sur le cheval et à s’enfuir avec elle vers son village d’origine. 
 

Mustapha Elouizi
Samedi 7 Juin 2014

Lu 470 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs