Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Martin Scorsese crie au loup du côté de Wall Street

Dicaprio dans un rôle à la hauteur de son immense talent




Martin Scorsese crie au loup du côté de Wall Street
Y a-t-il une  rédemption possible pour un loup? La réponse est non, comme vient de le montrer  Martin Scorsese, avec le talent qu'on lui connait, dans son nouveau film “Le Loup de Wall Street”. Il ne s'agit pas bien sûr, dans ce film trop acide,  du mammifère carnassier, qui marche à quatre pattes, et qui  symbolise la nature cruelle et sauvage, mais d'un loup bipède, d'un loup à visage humain, d'un trader cynique et impitoyable, sans valeurs spirituelles, poussé par l'appât du gain, et que rien ne peut arrêter  dans la jungle de la Bourse. 
Ce loup-là s'appelle Jordan Belfort, dans la vie réelle. Et il est incarné, dans ce long-métrage, par Leonardo Di Caprio, acteur fiévreux, et grand ami du réalisateur américain. Signalons que ces deux monstres sacrés du cinéma mondial ont déjà   tourné quatre films ensemble, dont  "Les Infiltrés", qui a permis à Scorsese d’obtenir l'Oscar du meilleur film et du meilleur réalisateur. 
Jordan Belfort, criminel accompli, et véritable fripouille de la finance, qui ne s'embarrasse nullement de questions morales,  a pu amasser une fortune colossale, grâce au "système". Mais il se retrouve en prison, en 1989, après avoir été arrêté par le FBI. En  2005, cet ancien courtier devient un écrivain à succès, en faisant paraître son livre "the Wolf  of Wall Street". Et c'est Leonardo Di Caprio qui obtient les droits d'adaptation cinématographique de ce livre, après d'interminables surenchères avec Brad Pitt. 
Le film, qui connaît  un beau succès au box-office, a été plutôt bien  accueilli par les critiques. Mais certaines voix accusent le réalisateur et son acteur fétiche de glorifier les criminels, dans ce long-métrage, tout en se vautrant dans l'obscénité.  Parmi ces voix celle d'une femme, Christine McDowell, dont le père est une victime de Jordan Belfort. Elle a publié, dans "LA Weekley", une lettre ouverte aux deux artistes les accusant" de célébrer le comportement de celui qui a ruiné sa vie"
"Vous êtes des gens dangereux, dit-elle dans cette lettre. Votre film est une tentative imprudente de faire croire que ces escroqueries sont divertissantes...". Quant à Scorsese, il s'est contenté de préciser qu'il a tout simplement essayé de rendre compte de cet extraordinaire emballement." Plus on s'enfonce dans le système, plus le danger s'accroît autour de nous", a-t-il dit dans une récente déclaration à la presse. 

Mehdi Ouassat
Lundi 30 Décembre 2013

Lu 632 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs