Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Martial à travers les gouttes




Après l'insolente réussite qui avait suivi son arrivée à Manchester United, Anthony Martial, qui manque cruellement de réalisme ces dernières semaines, échappe pour l'instant aux critiques qui se concentrent sur son entraîneur. Pour combien de temps encore?
Après sa nouvelle prestation fade de 90 minutes contre West Ham samedi (0-0), les médias britanniques et les supporteurs des Red Devils, prompts à descendre en flèche n'importe qui, ont ainsi surtout retenu le cadeau que sa femme lui a offert pour ses 20 ans, un gâteau représentant Old Trafford avec le joueur assis sur le toit.
L'ex-joueur de Monaco n'a inscrit qu'un seul but lors des 13 dernières rencontres et n'a plus marqué depuis huit matches désormais.
Un bilan nettement moins flamboyant que ses quatre buts lors des quatre premiers matches, avec notamment un slalom magnifiquement conclu dans la défense de Liverpool le jour de ses grands débuts mancuniens le 12 septembre.
A ce rythme-là, le prix d'un transfert susceptible d'atteindre les 80 M EUR en incluant d'hypothétiques bonus, pourrait vite revenir comme un boomerang.
Etonnamment pourtant, actuellement seul Louis van Gaal semble dans le collimateur des observateurs du club et le Néerlandais doit répondre depuis plusieurs semaines d'un jeu étriqué.
"United n'a pas à s'inquiéter de devoir payer les (bonus dans les) clauses du transfert de Martial car pour le Ballon d'or et le Soulier d'or, aucune chance avec LVG", ironisait ainsi samedi sur twitter un supporteur.
Après avoir reproché à van Gaal de l'utiliser exclusivement comme ailier, ce que le Néerlandais a corrigé il y a quelques semaines en le plaçant en pointe du dispositif, le public anglais voit ainsi en Martial un joueur dangereux, en permanence mobile, qui pèse sur les défenses et souffre cruellement de la méforme de Wayne Rooney.
Si le Bleu, qui attend également toujours d'ouvrir son compteur international après six sélections, n'a pas trouvé l'ouverture en huit matches, son équipe n'a frappé victorieusement que quatre fois dans l'intervalle, fragilisant la position de son entraîneur...
Les critiques estiment aussi que "LVG" a cramé Martial en ne lui ménageant aucune plage de repos puisque son effectif est déséquilibré et que seuls le Français ou Rooney peuvent jouer durablement en pointe.
Sans son coéquipier anglais, le Français est le joueur de champ qui a touché le moins de ballons, 46 seulement contre les Hammers. La faute seulement à une position basse sur le terrain, distante des joueurs censés le soutenir et l'approvisionner ?

Libé
Mercredi 9 Décembre 2015

Lu 176 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs