Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Mars émerge d'un long âge glaciaire




Mars émerge d'une longue période glaciaire selon des mesures de ses calottes de glace polaires, ce qui pourrait aider à déterminer quand la planète rouge a été habitable. Cette recherche publiée jeudi dans la revue américaine Science confirme ce que des modèles mathématiques avaient seulement révélé jusque-là. Ces chercheurs, dont Isaac Smith du Southwest Research Institute à Boulder dans le Colorado, ont déterminé que les glaces ont commencé leur recul il y a environ 370.000 ans. Cette découverte est basée sur des observations faites avec un radar à bord du Mars Reconnaissance Orbiter de la Nasa qui orbite la planète depuis dix ans.
Ces travaux permettent de mieux comprendre les variations climatiques au cours du temps et en quoi elles diffèrent de l'évolution du climat terrestre. Comme sur la Terre, Mars connaît des cycles saisonniers mais qui sont plus longs, ce qui agit sur la distribution de la glace.
Ces cycles pourraient aussi être plus prononcés sur la planète rouge. Cela s'explique par le fait que l'axe de rotation de Mars connaît de bien plus grandes variations allant jusqu'à 60 degrés sur des périodes s'étendant sur des centaines de milliers à des millions d'années. En comparaison, l'axe autour duquel tourne la Terre n'a varié que de 2 degrés sur les mêmes périodes. Cette grande variabilité de son axe de rotation détermine les quantités de rayonnement solaire atteignant les différentes latitudes à la surface de la planète et y détermine la stabilité de la glace. Avec le réchauffement aux latitudes moyennes, les glaces se sont accumulées aux pôles.
Depuis la fin du dernier âge glaciaire il y a 370.000 ans environ, les chercheurs ont calculé, en mesurant l'épaisseur de la calotte polaire, qu'il y avait eu une accumulation de 87.000 kilomètres cube de glace, la plupart au pôle nord.
Ce volume est équivalent à une épaisseur de 60 centimètres si elle recouvrait l'ensemble de la planète.
Ces résultats permettent de comprendre l'histoire de l'accumulation de la glace aux pôles en fonction des axes de rotation de la planète et de ses orbites autour du soleil, estiment ces scientifiques. Ils faciliteront aussi l'élaboration de nouveaux modèles climatiques prenant en compte le mouvement des glaces entre les pôles et les latitudes moyennes durant les cycles climatiques.
"L'étude de la glaciologie sur Mars est importante pour l'exploration humaine de la planète dans le futur car l'eau sera essentielle pour permettre l'établissement d'un avant-poste habitable", explique Isaac Smith, rapporte l’AFP.
La Nasa envisage une première mission habitée vers la planète rouge à l'horizon des années 2030.

Samedi 4 Juin 2016

Lu 127 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs