Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Marocains du monde et institutions


Une journée d’étude organisée demain à l’initiative du Groupe socialiste



Pour une citoyenneté effective

Les Marocains du monde seront à l’honneur demain. A l’initiative du Groupe socialiste, le siège du Parlement abritera une journée d’étude qui leur sera dédiée sous le thème « Marocains du monde et institutions: pour une citoyenneté effective »  et permettra de mettre en lumière une saga multiforme et des flux humains qui se sont largement diversifiés sur le plan géographique, s’écartant des voies historiques de la France et de l’Europe pour s’orienter vers les Etats-Unis, le Canada, les pays du Golfe et même les pays asiatiques. 
Alors qu’on se demandait il y a une dizaine d’année si “on serait tenté d’y voir une diaspora en gestation”, les recherches appréhendent désormais cette migration sous l’angle des dynamiques, analysant les relations complexes entre les modalités de la dispersion et les nouveaux profils des migrants marocains (femmes, étudiants, etc.) pour comprendre les positionnements d’une diaspora qui s’est fort bien intégrée dans les sociétés d’accueil tout en gardant d’étroites relations avec la mère patrie.
N’y aurait-il pas de diasporas sans conscience et mémoire des origines ? C’est sur ce thème des constructions identitaires que les chantiers avancent sous d’autres cieux, interrogeant les transmissions culturelles et la manière dont les pratiques quotidiennes les plus simples (alimentaires, corporelles, éducatives) peuvent conforter ou non les liens des Marocains avec leur pays d’origine. Leur adaptabilité à des contextes d’accueil pluriels est déterminante dans l’évolution de leurs modèles culturels. La gestion de “l’entre-deux” identitaire multiplie les appartenances sans conflits de loyauté. Les médias communautaires et les technologies de l’information maintiennent les migrants marocains dans la “communauté transnationale” plus librement et à moindre coût. Autre dimension de la conscience des origines, celle du vieillissement des populations et de leur accompagnement ici et là-bas. Les TME (Travailleurs marocains à l’étranger) de la première génération arrivent en effet en fin de vie, usés par des métiers pénibles. Devenus RME (Résidents marocains à l’étranger), puis MRE (Marocains résidant à l’étranger), puis Marocains du monde, ils n’ont cessé de changer de dénomination sans pour autant changer de statut. Jadis considérés comme des pourvoyeurs de devises, ils le demeurent certes, mais avec un changement de taille .
Leur participation directe au développement est, en effet, désormais requise, voire sollicitée via une citoyenneté effective qui conjugue droits et devoirs. 
 

K.S
Lundi 10 Août 2015

Lu 1211 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs