Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Maroc-Mali au Complexe Moulay Abdellah à Rabat

Course contre la montre de Lakjaâ pour mettre fin au conflit entre Renard et Ziyech




La Fédération Royale marocaine de football (FRMF) a fixé la date et le lieu du match Maroc-Mali comptant pour la 3ème journée du groupe C des éliminatoires du Mondial FIFA 2018 en Russie. Cette rencontre aura lieu le 1er septembre prochain à 21 heures au Complexe Moulay Abdellah à Rabat.
Le Onze national troque ainsi les Grands stades de Marrakech et d’Agadir pour le complexe de la capitale, pelouse sur laquelle il ne s’était plus produit depuis le 4 septembre 2016 à l’occasion d’une rencontre remportée aux dépens de la sélection de Sao Tomé pour le compte des éliminatoires de la CAN 2017 qui s’est déroulée au Gabon.
Le match contre le Mali revêtira une importance capitale pour ne pas dire décisive dans la course à la qualification aux phases finales de la Coupe du monde. Après les deux nuls blancs concédés au cours des deux premières manches respectivement devant le Gabon à France ville et la Côte d’Ivoire à Marrakech, l’équipe nationale se trouve sommée de secouer le cocotier pour boucler la phase aller de ce groupe sur une bonne note susceptible de raviver ses chances de présence à l’édition russe.
Pour ce faire, le président de la FRMF, Fouzi Lakjaâ, s’est montré des plus clairs via des sorties médiatiques, tonnant qu’il veut dissiper tout climat malsain ou malentendu au sein des composantes du Onze national.  A ce propos, le « je t’aime moi non plus » qui persiste depuis un bon bout de temps entre le sélectionneur national, Hervé Renard, et l’international Hakim Ziyech a amené le patron de l’instance fédérale à les convoquer à une réunion devant être éminemment tenue. Sachant que cette rencontre aurait pu avoir lieu en ce début de semaine mais elle a été ajournée en raison de la présence de Hervé Renard au Sénégal pour un séjour de vacances.
Il y a lieu de rappeler que le conflit entre Renard et Ziyech avait pris de l’ampleur suite aux propos tenus par les deux parties. Pour le sélectionneur national, double lauréat de la CAN avec la Zambie et la Côte d’Ivoire," vous dire que les choses étaient parfaites avec ce joueur, c'est vous mentir. Malgré les divergences d'opinions, on est capable, avec beaucoup d'intelligence, de rétablir la situation. C'est mon point de vue. Apparemment ce n'est pas le point de vue du joueur". Alors que dans une déclaration après le match test de l’EN perdu contre les Pays-Bas fin mai dernier, Renard avait laissé entendre que Ziyech serait de retour une fois lui parti de l’équipe nationale. Et c’est, d’ailleurs, ce que pense le sociétaire de l’Ajax Amsterdam qui avait affirmé qu’il n’a en aucun moment regretté son choix de défendre les couleurs marocaines et que la période d’un sélectionneur est limitée. Explicitement, le come-back de Ziyech serait conditionné par le départ de Renard à moins que Lakjaâ ne parvienne à trouver un terrain d’entente entre les deux hommes.

Mohamed Bouarab
Jeudi 15 Juin 2017

Lu 830 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito









Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs