Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Maroc, Ethiopie, Afrique du sud : Cinéma africain et devoir de mémoire




Maroc, Ethiopie, Afrique du sud : Cinéma africain et  devoir de mémoire
La dernière édition du Festival panafricain de Ouagadougou (Fespaco) a permis d'avoir une idée sur les grandes tendances qui traversent la production cinématographique africaine. Au niveau de la sélection officielle, les observateurs ont ainsi relevé la prépondérance des films inscrits dans une certaine thématique de témoignage et de constat. Aussi bien au niveau de la fiction que du documentaire, des films africains ont élaboré des récits qui restituent des phases récentes ou passées de la tragédie africaine. Le palmarès final a récompensé justement les films qui se sont démarqués par leur approche originale d'une question cruciale de l'Afrique contemporaine, celle du devoir de mémoire. Le film marocain « Nos lieux interdits » de Laila Kilani, grand prix de la compétition documentaire, « Teza » de l'Ethiopien Hailé Gerima, Etalon d'or de la compétition fiction, « Nothing but the truth » du Sud-africain  John Kani, Etalon d'argent dans la même section…proposent, en effet, un retour sur des événements forts de l'histoire récente de leurs pays respectifs. Les trois films abordent un scénario problématique dans la mesure où le sujet lui-même est encore objet de débat. C'est toute la question du rapport entre mémoire et histoire que le nouveau cinéma africain remet sous les feux de la rampe avec en filigrane des questions de nature esthétique sur le rapport au temps, à la parole; sur le montage des faits historiques,  la place de la caméra comme renvoyant à un point de vue.
Laila Kilani choisit la voie du documentaire pour restituer un épisode sensible de la transition démocratique, celui des séances organisées par l'Instance Equité et Réconciliation; une procédure élaborée pour permettre aux victimes des années de plomb, et à l'ensemble de la société de faire le deuil d'une période difficile et de tourner une page douloureuse de l'histoire contemporaine du pays. Cette formule d'audience publique où la parole est restituée à la victime reprend en la remaniant légèrement l'expérience de l'Afrique du Sud sur les audiences de Vérité et Réconciliation qui par ailleurs ont  inspiré plusieurs productions dramatiques notamment au cinéma. Le film « Nothing but the truth » y fait d'ailleurs référence, par le bais cette fois d'un récit fictionnel. Laila Kilani a construit son documentaire sur trois récits qui renvoient à des expériences édifiantes du Maroc de la répression politique. Le récit de la famille du militant syndicaliste lié à un mouvement politique d'opposition clandestin;  disparu à l'orée des années soixante-dix. Seules trois femmes, sa mère, sa fille et sa petite fille rescapées de  ce naufrage tentent de remonter le fil de l'histoire. Mais c'est comme remonter la nuit des temps. Le deuxième récit est celui du fils d'un ancien détenu du bagne longtemps tenu secret à Tazmamart; le troisième récit est celui de Lahcen Lbou un ancien détenu marxiste léniniste à Kénitra. Au sein de ce dispositif central passe d'autres mini-récits notamment celui du groupe dit de Banouhachem.  Ces différents  récits sont en fait montés autour de la question de la prise de la parole: Lahcen, qui en a été privé pendant longtemps, est tout le temps dans une sorte de délire; il tente de restituer par le verbe les années de silence et de folie qui lui ont été imposées. Le jeune Said, les trois femmes sont constamment à la recherche de la formulation adéquate. Elles sont les victimes symboliques de la violence qui a été exercée sur les leurs. La caméra ne se contente pas d'enregistrer; elle suit et prolonge le mot ou le silence en captant le geste furtif, le sourire ou le regard interrogateur.
Dans « Teza », c'est le retour sur le passé d'une illusion, celle de l'Ethiopie socialiste à laquelle a voulu croire Anberber, intellectuel, formé en Europe qui rentre au pays dans les années 70 pour découvrir la réalité amère qu'une révolution n'est jamais vaincue que de l'intérieur. C'est une véritable saga qui se déroule sur pratiquement deux décennies et qui nous montre comment une utopie dévoyée verse dans l'horreur. Les meilleures séquences sont celles où l'on retrouve le jeune chercheur complètement cassé à la campagne près de sa maman; l'ultime refuge, la zone de repli finale pour tenter de retrouver des bribes d'humanité chez les humbles et les proches.
John Kani dans « Nothing but the truth » aborde une dimension originale de ce travail de mémoire. Il aborde cette relecture du passé récent à partir non pas du point de vue d'une star de la lutte de libération mais de celui d'un anonyme dont le seul rêve est de devenir directeur de bibliothèque délaissant l'activisme à son frère. Quand il décide de parler, de raconter à sa fille une partie de cette phase héroïque, beaucoup d'images idylliques vont tomber. Les héros d'hier ne sont pas tous des Saints. Le film invite ainsi à une introspection collective et que pour solder les comptes du passé les chemins de la mémoire individuelle et la mémoire collective ne se recoupent pas souvent.

M.B
Vendredi 3 Avril 2009

Lu 381 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs