Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Maroc-Chine : Des relations à revoir et à consolider




Maroc-Chine : Des relations à revoir et à consolider
Les leçons de bonne gouvernance économique prodiguées par le Premier ministre chinois Wen Jiabao au vice-président des Etats-Unis d’Amérique  Joe Biden lors de sa récente visite à Pékin pour rassurer les Chinois sur la bonne santé de l’économie américaine, laissent songeur  plus d’un Marocain.
Dans la symbolique de cette visite, il y a un parfum de changement d’époque, d’une prise en compte des nouveaux rapports de forces qui se dessinent au niveau mondial.
Certes Napoléon 1er  nous avait bien prévenus, lui qui s’y connaissait en géographie et en diplomatie, il y a plus de deux siècles, à travers sa prophétie rendue célèbre par Alain Peyrefitte « Quand la Chine s’éveillera, le monde tremblera » qu’il fallait bien compter un jour avec ce pays.
Plus près de nous,  l’historien Fernand Braudel, loin des prophéties, avec  la clairvoyance du  grand historien qu’il était, avait expliqué comment le centre de gravité de l’économie monde s’est déplacé de la Méditerranée vers l’Atlantique pour  prédire  son  transfert  inéluctable vers le Pacifique au XXIème siècle.  Les Etats-Unis d’Amérique, la Chine et le Japon baignent dans ces eaux.
La montée de la Chine au niveau mondial a été rapide. Acceptée  comme  membre permanent au Conseil de sécurité de l’ONU à la place de Taiwan en 1971 pour  son poids démographique et sa puissance nucléaire. Il lui fallait construire sa supériorité  économique, c’est ce qu’elle s’est employée à réaliser de manière brillante depuis deux décennies. Aujourd’hui, après avoir dépassé récemment le Japon, elle occupe la deuxième place en tant que puissance économique mondiale et  ambitionne naturellement de devenir la première autour de 2050. 
La Chine s’est dotée d’une véritable industrie qui fabrique des articles élaborés en plus des premiers prix,  fait de la recherche développement et innove de manière permanente. Sa classe moyenne, estimée à 180 millions de personnes ayant le niveau de vie d’un Européen, est une formidable locomotive de consommation interne. La Chine a déjà envoyé son premier homme dans l’espace.
Bien que les échanges commerciaux et humains avec la Chine aient carrément explosé depuis quelques années, le Marocain garde une image  quelque peu caricaturale de ce pays.
Plusieurs explications peuvent être avancées. Le premier contact avec ce pays pour le Marocain s’est fait récemment à travers des marchandises d’une qualité douteuse. C’est un pays lointain, à la population nombreuse avec qui nous n’avons pas d’affinités culturelles. Il y a bien eu notre voyageur Ibn Batouta qui leur a rendu visite il y a quelques siècles. Mais c’est tombé dans les oubliettes, comme beaucoup de choses de notre histoire nationale.
Il est vrai aussi qu’il  est plus rassurant  pour les Marocains de voir le Maroc sur une carte géographique occuper le centre du monde à côté de cette bonne vieille Europe,  plutôt que voir une carte où la Chine occupe  le centre du monde et où le Maroc se retrouve à la marge.
S’agit-il d’être rassuré pour le Maroc ou au contraire d’anticiper les évolutions futures que connaîtra le monde pour adapter notre politique étrangère et nos échanges à celles-ci pour en tirer le meilleur profit au lieu de privilégier un européocentrisme éculé ? 
Loin de l’idée d’appeler à un changement de partenariat avec l’Europe, la géographie et l’histoire sont là, il faut tout simplement  que le Marocain sache qu’il y a d’autres horizons. D’autres pays existent, ils offrent d’autres opportunités d’échanges. Ces pays doivent être connus et parmi eux la Chine.
Nos échanges avec la Chine sont déséquilibrés. Le Maroc est importateur net. Nos exportations commencent à connaître un semblant de diversification avec les tentatives d’exportation d’agrumes destinés à la classe moyenne chinoise.
Peut-on prétendre au rééquilibre ?
Les pistes proposées  vont en priorité vers la recherche d’investissements directs chinois au Maroc. Investissements à caractère industriel en priorité, se justifiant par l’existence d’un marché local et aussi une position géographique et des accords de libre-échange permettant la vente de marchandises à plusieurs partenaires du Maroc. Les produits agricoles ont leur place sur le marché chinois, comme ont leur place tous produits de luxe ayant une spécificité marocaine.
Des études récentes ont confirmé que Marco Polo n’avait pas atteint la Chine. Le premier qui l’a fait est Ibn Batouta. Comme  diront certains, il faut oser.

ADNAN DEBBARH
Mercredi 24 Août 2011

Lu 553 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs