Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Marée rouge en Hongrie : Les boues toxiques ont atteint le Danube




Marée rouge en Hongrie : Les boues toxiques ont atteint le Danube
Les boues toxiques échappées lundi d’un bassin de rétention d’une usine d’aluminium dans l’ouest de la Hongrie ont atteint jeudi le Danube, rapporte l’agence de presse MTI.
Tibor Dobson avait auparavant précisé que la pollution avait atteint à 03h30 GMT la rivière Raba, un affluent du Danube, puis un bras secondaire, le Mosoni-Danube, quatre heures plus tard, pour atteindre le lit principal vers midi.
Les boues toxiques avaient dans un premier temps contaminé une autre rivière, la Marcal, où de nombreux poissons sont morts.
Le taux d’alcalinité de l’eau de la Raba, a ajouté Tibor Dobson, s’établit autour de 9 pH, au-dessus de la normale qui est de 6 à 8.
Des équipes de nettoyage s’efforcent de réduire la toxicité de ces boues rouges, composées de résidus très corrosifs issus du raffinage de la bauxite, afin de limiter les dégâts causés à l’environnement.
Les autorités ont décrété l’état d’urgence mardi dans trois comtés à la suite de cette coulée de boue qui a causé la mort de quatre personnes et fait 120 blessés.
La “marée rouge” a inondé trois villages, dont celui de Kolontar, après la rupture de la digue entourant le bassin de rétention de l’usine Ajkai Timfoldgyar Zrt, propriété de la société de production d’aluminium MAL Zrt.
Le Premier ministre hongrois, Viktor Orban, s’est rendu jeudi à Kolontar et a reconnu que cela ne servait à rien d’essayer de déblayer les ruines de la partie du village qui a été ravagée par la coulée, la vie y étant désormais impossible.
“C’est difficile de trouver les mots. Si cela s’était produit en pleine nuit, il n’y aurait pas un seul survivant”, a-t-il dit aux journalistes.
Il a réaffirmé que le drame était probablement dû à une erreur humaine.
“C’est une catastrophe écologique sans précédent en Hongrie. L’erreur humaine est plus que probable. Le mur (du réservoir) ne s’est pas désintégré en une minute. On aurait dû détecter le problème”, a-t-il dit.
De nombreuses personnes souffrent de brûlures et d’irritations ophtalmiques provoquées par le plomb et d’autres substances corrosives charriées par la boue, dont 700.000 mètres cubes environ se sont échappés du réservoir. Des voitures ont été emportées par le flot et des ponts endommagés. Un demi-millier d’habitants ont dû être évacués.
Le gouvernement a suspendu les opérations à l’usine Ajkai Timfoldgyar Zrt, dont la direction affirme que rien ne pouvait laisser prévoir ce drame et que la dernière inspection du réservoir lundi n’avait rien révélé d’anormal.
Le groupe espère pouvoir reprendre ses activités à l’usine d’Ajkai lors du week-end, avec un nouveau réservoir.
Lajos Tolnay, son président, déclare dans le quotidien économique Vilaggazdasag que si la société devait arrêter ses opérations à Ajkai, 3.000 emplois seraient perdus.


Libé
Jeudi 7 Octobre 2010

Lu 380 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs