Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Marche de protestation des anciens séquestrés de Tindouf




Marche de protestation des anciens séquestrés de Tindouf
Lors d’une question posée au ministre mauritanien des Affaires étrangères, dans laquelle on évoquait la situation des Mauritaniens victimes de violations des droits de l’Homme perpétrées par le Polisario, le député Kassem Bellali avait affirmé que ces derniers n’avaient aucun droit, car le Polisario avait agi dans le cadre de la loi de la guerre et que par conséquent, sa direction ne devait pas être considérée comme responsable pour des actes commis en période de guerre. Cette manière d’aborder leurs souffrances n’a pas plu aux membres de l’Association mauritanienne «Mémoire et justice» qui est fondée par des Mauritaniens, anciens prisonniers du Polisario et qui ont déjà, lors d’une session onusienne sur les droits de l’Homme, dénoncé les sévices et les tortures que leur ont fait subir les tortionnaires du Polisario. Aussi étaient-ils indignés par l’intervention d’un élu du peuple qui, au lieu de défendre leurs intérêts, minimise les souffrances qu’ils ont subies et dont ils gardent des séquelles indélébiles.
Les marcheurs ont saisi l’occasion pour distribuer un communiqué aux parlementaires, dans le but d’exposer des photographies de victimes des violations des droits de l’Homme dans les geôles du Polisario et les noms des tortionnaires dont la plupart continuent d’occuper d’importants postes de responsabilité dans la hiérarchie du Polisario.
Dans le même ordre d’idées, la semaine dernière a connu un important remaniement qui a touché les différentes structures du dispositif sécuritaire dans les camps du Polisario.
Ces mouvements seraient justifiés aux yeux du DRS algérien par la multiplication des sit-in, des marches de protestation et par la fronde à laquelle doit faire face la direction du Polisario.
L’inscription à l’aide de peinture du slogan « dégage », sur la chaussée conduisant au QG du Polisario, était la goutte qui a fait déborder le vase et a mis hors de lui le chef du Front qui est confronté à de multiples problèmes dont la révolte des jeunes Sahraouis de Tindouf, qui couvait depuis plusieurs semaines déjà et que sa réélection à la tête du mouvement  n’a fait qu’exacerber. C’est ainsi que la plupart des responsables de la sécurité du camp de Rabouni ont été remplacés et mutés vers d’autres postes de contrôle.
Ce nouveau remue-ménage dans les services de sécurité intervient après  l’enlèvement de trois travailleurs humanitaires occidentaux, le 23 octobre 2011. Le rapt dans le camp de Rabouni avait alors soulevé de multiples interrogations. Surtout que le site qui abrite le siège du Polisario est étroitement surveillé de jour comme de nuit.
Le DRS avait alors ordonné à  Mohamed Abdelaziz de revoir de fond en comble le dispositif sécuritaire dans les camps.
Toutes les failles sécuritaires avaient été retapées, notamment quand on a su que l’enlèvement des deux travailleurs humanitaires espagnols et de leur collègue italienne, avait été l’œuvre d’Al Qaïda  aidée par des éléments du Polisario. Mais il semble que ces replâtrages successifs du dispositif sécuritaire n’arrivent pas à enrayer la multiplication des bourdes dans les camps du Polisario, ni à satisfaire les exigences du DRS.

Ahmadou El-Katab
Vendredi 27 Janvier 2012

Lu 586 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs