Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Marcelo, la solution de facilité




Marcelo, la solution de facilité
"Nous, les joueurs, sommes difficiles." Cette phrase d'un des titulaires indiscutables du Real Madrid intimide généralement les journalistes. La tâche ne va pas être simple pour FIFA.com... Mais son sourire franc et son attitude décontractée, typiques des joueurs brésiliens, atténuent cette première impression. En effet, parler avec Marcelo se révèle facile et amusant !
Le Carioca est heureux. Cela se voit à sa manière de parler et, surtout, à sa manière de jouer. Lorsqu'en parfait inconnu de 18 ans, il est arrivé dans la capitale espagnole en 2006, un lourd héritage lui a été transmis : un flanc gauche qui avait appartenu à un certain Roberto Carlos. Rien que ça. Huit ans plus tard, pense-t-il lui avoir dignement succédé ? "On me le demande souvent", répond-il en riant à FIFA.com. "J'ai un profond respect pour Roberto Carlos, c'est mon idole. Je souhaite disputer ce qu'il a disputé et gagner ce qu'il a gagné. J'aimerais rester dans l'histoire du Real Madrid, mais je ne veux pas être le nouveau Roberto Carlos. Je veux être Marcelo."
A 26 ans, il possède déjà sa signature, bien au-delà de sa coupe de cheveux fournie. Il apparaît comme le maître du flanc gauche du champion d'Europe en titre. Il peut aussi bien intercepter un ballon en situation dangereuse que soutenir le milieu de terrain ou livrer une passe décisive grâce à ses centres millimétrés. La progression constante du Real Madrid l'a mené jusqu'à la décima - la dixième Ligue des champions de l'UEFA - sous les ordres de Carlo Ancelotti.
"L'entraîneur m'a demandé de jouer pour l'équipe, d'aider en défense et d'augmenter l'intensité en attaque", explique-t-il. Marcelo s'exécute rigoureusement. Les Merengues ont une véritable dévotion pour leur entraîneur. "Il a été joueur et ça se voit. Il nous comprend et trouve le bon moment pour parler. C'est très important pour nous joueurs car nous sommes difficiles", répète-t-il. "Personnellement, je n'ai connu qu'un seul vestiaire avant celui de Madrid, celui de Fluminense. Je ne sais pas s'il s'agit du plus complexe... les joueurs, en général, sont des personnes compliquées, mais ici, le travail est d'excellente qualité, c'est un lieu exceptionnel pour pratiquer le football."
Une mentalité différente
C'est aussi un lieu où se joue un football incroyable et implacable. Le club madrilène totalise déjà 19 victoires consécutives cette saison et concourra, dès la semaine prochaine, pour un titre inédit : la Coupe du monde des clubs de la FIFA, qui se déroulera au Maroc. "Nous essayons de donner notre maximum dans toutes les compétitions que nous disputons pour arriver en finale et la remporter. Il y a longtemps que le Real Madrid n'a plus participé à ce tournoi, nous sommes donc extrêmement motivés", affirme le gaucher.
La Maison Blanche a trois Coupes intercontinentales à son actif, mais ce sera la première fois qu'elle disputera la version modernisée de cette compétition organisée par la FIFA. Pour l'arrière latéral, c'est l'occasion de rivaliser un peu plus avec Roberto Carlos, qui a contribué à deux de ces trois succès. Il a par ailleurs marqué un but lors d'une finale, mais il s'agissait de celle que le Real a perdue 1:2 contre Boca Juniors en 2000.
Les Merengues sont la formation à battre. Mais ils assument ce statut de favori, comme si c'était tout à fait naturel : "Calmement. Toutes les rencontres sont difficiles parce que toutes les équipes qui nous défient donnent toujours tout ce qu'elles ont. Nous devons rester humbles, travailleurs et courageux pour gagner".
Les absences de Sami Khedira, de Luka Modric et peut-être de James Rodriguez pourraient peser lourd au Maroc, mais la principale menace réside peut-être dans l'inconnu.  "Nous aurons face à nous des équipes avec une mentalité différente de celle des clubs européens, ce qui pourrait nous poser problème", prévient l'Auriverde. "Mais nous serons prêts", conclut-il avec un grand sourire.

Pérez conduira la délégation madrilène

Le président du Real Madrid, Florentino Pérez, conduira la délégation du club merengue qui prendra part à la 11ème édition de la Coupe du monde des clubs qui se tient du 10 au 20 décembre au Maroc, a-t-on appris auprès du champion d'Europe.
"La délégation madrilène fera le déplacement au Maroc dimanche prochain pour entamer la compétition mardi dans le cadre des demi-finales" de cette manifestation sportive, a confié à MAP-Madrid un responsable du département de communication du club espagnol, précisant que la délégation du Real Madrid sera présidée par Florentino Pérez et composée de plusieurs dirigeants.
A l'exception du Croate Luka Modric, blessé, tous les joueurs du Real Madrid feront le voyage au Maroc pour participer à ce tournoi, y compris le Colombien James Rodriguez, blessé au mollet, mais qui pourrait jouer le match de classement ou de la finale le 20 décembre au stade de Marrakech.
Le club madrilène effectuera quatre séances d'entraînement lors de son séjour à Rabat qui abritera le match de la demi-finale et à Marrakech ville hôte des matchs de classement et de la grande finale.

Samedi 13 Décembre 2014

Lu 391 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs