Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Manifestation devant le siège du Polisario pour dénoncer la répression et la gabegie

Arrestation de 25 jeunes accusés d’avoir incendié des tentes dressées pour abriter un pseudo-festival du film




Manifestation devant le siège du Polisario pour dénoncer la répression et la gabegie
Suite à l’incendie des tentes dressées pour abriter le pseudo-festival du film du camp de Dakhla, les milices du Polisario ont arrêté plus de 25 jeunes accusés d’en être les auteurs.
Ces  jeunes ont été conduits manu militari vers une destination inconnue. Ce qui a provoqué l’ire des habitants des camps qui se sont rassemblés devant le bureau de Mohamed Abdelaziz pour exprimer leur approbation des actes courageux des jeunes qui ont mis le feu à ces tentes. Il s’agit pour eux de protester contre ce pseudo-festival qui  est devenu un rendez-vous annuel de dépravation. Ils ont également déclaré que les populations des camps ont besoin, pour se nourrir, des millions de dollars dilapidés pour couvrir les effets de la gabegie des dirigeants du Polisario. Les protestataires massés devant le bureau de Abdelaziz ont aussi scandé des slogans demandant l’annulation dudit festival et la libération des jeunes gens arrêtés. Il convient de rappeler que les protestations anti-Polisario qui ont ébranlé et continuent d’enflammer les camps de Tindouf depuis plusieurs mois, sont le fait de jeunes dissidents sahraouis. Ils ont instauré un véritable climat de fronde contre une direction du Polisario qu’ils jugent totalement inféodée à Alger. Regroupés dans des mouvements très actifs, dont le Mouvement Attaghyr (changement), les contestataires reprochent notamment au chef du Polisario d’être dans une position de vassal au DRS, les services de renseignements algériens qui ont le contrôle effectif des camps de Tindouf.  Malgré une répression implacable   et l’interdiction permanente de toute forme de libre expression ou de déplacement hors des camps, le Polisario n’a pas réussi à contenir leur grogne. Le cercle vicieux des protestations-répressions s’est ainsi durablement installé dans les camps. 
Par ailleurs, 19 personnes appartenant à cinq familles venues à Dakhla dans le cadre des visites interfamiliales organisées par le HCR ont donc préféré y rester. Dans une déclaration à la presse, elles ont indiqué qu’elles ne pouvaient laisser passer cette occasion et ont préféré rester à Dakhla plutôt que de retourner en terre algérienne. Les membres de ce groupe qui est le deuxième en moins de 10 jours à vouloir rester au Maroc, ont souligné que cela fait 40 ans qu’ils courent après un mirage et qu’ils sont venus ici où ils ont remarqué la différence flagrante entre le niveau de vie là-bas et celui des leurs à Dakhla.

Ahmadou El-Katab
Jeudi 8 Mai 2014

Lu 1418 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs