Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Manifestation anti-gouvernementale à Manama : Washington préoccupé par la violence à Bahreïn




Lors d'une manifestation anti-gouvernementale à Manama, samedi, le département d'Etat américain s'est dit profondément préoccupé par les violences entre police et manifestants à Bahreïn, allié des Etats-Unis dans le Golfe.  Un mouvement en faveur de la démocratie a été réprimé par la force au printemps dernier dans le royaume sunnite, qui abrite la Ve flotte américaine, avec l'aide militaire d'autres pétromonarchies du Golfe dont l'Arabie Saoudite, mais des manifestations antigouvernementales ont encore lieu aujourd'hui et dégénèrent parfois en affrontements."Les Etats-Unis sont profondément préoccupés par la poursuite d'incidents violents à Bahreïn entre la police et les manifestants", a déclaré la porte-parole du département d'Etat, Victoria Nuland, dans un communiqué.
Washington demande en particulier au gouvernement d'enquêter sur le cas de Nabil Radjab, qui dirige le Centre bahreïni pour les droits de l'Homme. Selon des militants de l’opposition, Nabil Radjab a été jeté au sol et frappé par plusieurs membres des forces de sécurité à l'issue d'une marche de protestation vendredi. Le ministère de l'Intérieur a démenti ces affirmations, déclarant que la police avait trouvé Radjab "gisant à terre" et l'avait conduit à l'hôpital pour être soigné.
"Même si les faits (...) font l'objet de déclarations contradictoires, nous recommandons fortement au gouvernement de Bahreïn de mener une enquête exhaustive afin de déterminer si la police a fait un usage excessif de la force", a déclaré Victoria Nuland. Dans un rapport rendu public le 23 novembre dernier, une commission d'enquête indépendante a conclu à un usage excessif de la force par la police bahreïnie lors de la répression des manifestations de février et mars. La commission a notamment souligné que des protestataires arrêtés par la police avaient systématiquement fait l'objet de mauvais traitements voire dans certains cas torturés à mort.
Les Etats-Unis ont assuré qu'une vente d'armes à Bahreïn, pour un montant de 53 millions de dollars, dépendrait de la mise en œuvre par les autorités du royaume des recommandations de la commission. Le mouvement démocratique est principalement le fait de la majorité chiite du pays, qui s'estime victime de discriminations de la part de la famille régnante des Al Khalifa.

REUTERS
Lundi 9 Janvier 2012

Lu 609 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs