Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Malgré la défaite, les Tchèques applaudissent leurs héros




Longtemps optimistes pour un succès de la sélection nationale en quart de finale de l'Euro-2012 face au Portugal, les supporteurs tchèques rassemblés jeudi au coeur de Prague ont fini par accepter avec sérénité la défaite 1-0, appréciant la performance de leurs héros.
"Mes compliments à notre équipe!", a confié à l'AFP Zuzana Bicikova, étudiante de Jablonec (nord-ouest). "Nos joueurs m'ont surpris, ils ont laissé toutes leurs forces sur le terrain", ajoutait la jeune Tchèque, visage bariolé du bleu-rouge-blanc.
"Hosi dekujem" ("Merci les gars"), pouvait-on entendre sur la Place de la Vielle Ville, longtemps encore après le coup de sifflet final.
"Je suis très fière d'eux", a encore dit Zuzana, très émue.
De son côté, le Praguois Lukas Danek appréciait le jeu des Tchèques "surtout au cours de la première période".
"Dommage qu'on ait encaissé un but. Et dommage que Rosicky n'ait pas pu jouer", a-t-il dit avant de quitter la "fan zone", équipée de plusieurs écrans géants.
Des milliers de supporteurs avaient afflué depuis la fin de l'après-midi sur la Place de la Vielle Ville, aux sons d'un concert rock. "My to Euro stejne vyhrajem!" (Nous allons gagner cet Euro!), Cesi, Cesi" (Les Tchèques, les Tchèques)", criaient-ils inlassablement, depuis le début de la partie.
"Ce n'est que du foot"
Beaucoup d'étrangers, notamment Allemands, Autrichiens, Irlandais et Norvégiens, souvent maquillés aux couleurs tchèques, s'étaient aussi mêlés aux supporteurs locaux, dont le jeune Allemand David Parkman: "Attention, il faut bien marquer Cristiano Ronaldo", prophétisait-il, avant le coup d'envoi.
Jeudi matin, la presse locale évaluait la valeur de la vedette lusitanienne à 90 millions d'euros, soit plus que celui de... l'ensemble de l'équipe tchèque (70,2 millions d'euros).
"Kdo neskace neni Cech, hop, hop, hop", ("Qui ne saute pas n'est pas Tchèque"), scandaient aussi les supporteurs.
La foule s'est tue à la 79e minute, après le but marqué par... Cristiano Ronaldo.
Les nombreux restaurants et bars sportifs du centre de la capitale tchèque étaient aussi envahis.
"Les Portugais sont favoris, au niveau technique, c'est sûr, vous avez vu Ronaldo, sur une action il peut finir le match", analysait au terme de la première période Bernard Rogeaux, un touriste français de Boulogne-sur-Mer.
Venu à Prague avec un groupe de ses amis de plusieurs régions de la France, ce quinquagénaire regardait ce quart de finale dans la très typique brasserie locale "U Sumavy", en savourant le vin rouge du pays.
"Il me semble que l'équipe du Portugal a pris un peu d'ascendant notamment sur la maîtrise du ballon et sur la pression exercée sur l'équipe tchèque", ajoutait à ses côtés Frédéric Sarre, venu de Limoges.
"Rendez-vous ici samedi soir, pour le France-Espagne", souriait-il.
Le serveur de cette brasserie, Jiri Chrudimsky, restait serein: "La qualification aux quarts constitue déjà un succès pour les Tchèques. Ce n'est que du foot, ce n'est pas la guerre", affirmait-il, avec un large sourire.

Libé
Samedi 23 Juin 2012

Lu 151 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito









www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs