Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Majda Benjelloun : Magnifier le traditionnel




Bon nombre de jeunes, même les intellectuels d’entre eux manifestent un intérêt grandissant pour tout ce qui est traditionnel. La musique, la cuisine, les costumes, bref, toutes les  expressions culturelles dont on craignait la disparition. Le domaine des Neggafates n’a pas échappé à cette règle. L’artiste Majda Benjelloun, intellectuelle avérée s’est penchée sur cette activité. Majda, étant en effet spécialiste de la photographie et travaillant dans un laboratoire de photos, ne savait pas qu’elle allait s’adonner à cette profession. Mais le fait de voir défiler des photos de mariage et autres fêtes dans le labo  l’a stimulé. C’est le déclic au point de tout laisser tomber pour s’y consacrer. Mais pour elle, s’adonner à ce métier demandait qu’on l’organise et qu’on le professionnalise,  afin d’en faire une activité bien structurée. C’est ainsi qu’elle crée sa propre entreprise pour laquelle elle a choisi le nom de « Palais de la mariée ». Et c’est effectivement un palais ; un palais qui accueille les jeunes mariés avec tout le savoir-faire requis. Cette structure ambitionne de donner aux fêtes un éclat particulier en intégrant beaucoup de nouveautés et d’ingrédients fort originaux. « Au Palais de la mariée nous offrons des services de luxe. C’est un positionnement assuré et étudié. C’est pour cela que nous avons mis du temps à l’élaborer », tient-t-elle à préciser.
En effet,  Majda Benjelloun a fait montre d’un esprit d’observation digne d’un chercheur, pour déceler les points forts et les points faibles de ce métier qui reste du domaine de l’amateurisme. Pour elle, les choses devaient absolument évoluer et c’est pour cela qu’elle a pris beaucoup de temps avant de se lancer dans cette aventure et créer sa propre entreprise.
Une entreprise ? Pourquoi pas surtout en ces temps où l’on encourage l’artisanat qui constitue, le socle de l’activité des Neggafates. Les costumes, le henné,  les babouches et autres habits ne font-ils pas partie de notre artisanat ? A cet artisanat, « Le Palais de la mariée » rend hommage tous les jours, car la mariée doit alterner plusieurs costumes reflétant les traditions vestimentaires de plusieurs régions. Et ce n’est pas tout, dans cette entreprise, rien n’est laissé au hasard car en plus de l’habillage de la mariée, on s’occupe aussi du henné et de tout le reste. Les Nakkachates, les Hannayates et autres intervenantes font partie de l’équipe de Majda Benjelloun et de son personnel.
Aujourd’hui, « Le Palais de la mariée » est aussi connu que demandé. Ce ne sont certes pas les Neggafates qui manquent mais c’est l’approche professionnelle qui faisait défaut. Avec Majda et son équipe cette activité, est devenue une profession à part entière.  

PAR ABDESLAM EL KHATiB
Mercredi 4 Août 2010

Lu 804 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs