Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Maintenant que la vague de crise semble s’atténuer : La Bourse de Casablanca hisse le drapeau vert




Maintenant que la vague de crise semble s’atténuer : La Bourse de Casablanca hisse le drapeau vert
Même en terminant la semaine sur une petite correction baissière, le marché boursier de Casablanca semble désormais à l’abri des agressions. Avec un gain trimestriel de près de 10%, la Place de Casablanca est bel et bien un marché «bull», bouillonnant depuis l’annonce, le 25 mars dernier, de la fusion ONA-SNI. La déception ressentie du côté Addoha, le mastodonte de l’immobilier au Maroc, ne pourrait probablement  stopper l’euphorie des boursicoteurs.  
Le chiffre d’affaires réalisé, au cours du premier trimestre 2010, est proche de 42 milliards DH, dont 17,7 milliards DH concrétisés sur le marché de blocs. Un volume nettement en hausse par rapport au premier trimestre 2009. On rappellera que les échanges de gré à gré étaient dopés par les transactions sur les valeurs CGI-BMCE Bank, suite aux opérations croisées entre CDG et RMA Watanya (acquisition de 8% du capital de BMCE Bank par la CDG et 8% du capital de CGI par l’assureur du Groupe FinanceCom).
Cela dit, la Bourse de Casablanca parvient à tirer son épingle du jeu, en dépit d’un contexte d’attentisme et de faible liquidité. La grande partie des sociétés cotées, y compris les small cap ont réalisé des performances étonnantes. Bien entendu, comme dans chaque course, il y a des canassons qui finissent toujours en queue du peloton. Les résultats annuels, publiés ce mois de mars, ressortent globalement contrastés.
Selon les analystes de BMCE Capital Bourse, au moment où les valeurs financières (banques, sociétés de crédit et assurances) augmentent leurs gains, la filière industrielle, en revanche, enregistre des réalisations commerciales en net repli, affectée par la crise économique.
Ainsi, les financières affichent un PNB en élargissement de 15,8% à 29,9 milliards DH, dont 94,5% reviennent au secteur bancaire (avec un PNB en hausse de 16,2% à 28,3 milliards DH). Les sociétés de crédit à la consommation, en revanche, font moins bien qu’avant, avec un PNB en légère hausse de 1,7% à 1,2 milliard DH, dont plus de la moitié revient à Eqdom, la filiale du Groupe Société Générale. Pour leur part, les sociétés de crédit-bail ont réussi des réalisations commerciales de bonne facture avec un PNB en amélioration de 36,6% à 434 millions DH.  Cette performance est portée, selon les analystes de BMCE Capital Bourse, par les réalisations remarquables de MAROC LEASING suite à sa fusion avec CHAABI LEASING, totalisant des revenus nets opérationnels de 247,8 millions DH, en progression de 71,7%.
De leur côté, les compagnies d’assurance, en dépit d’un contexte de morosité, ont vu leurs primes émises progresser de 4,4% à 6,7 milliards DH. A elle seule, WAFA ASSURANCES s’est accaparé 63,9% ou 4,3 milliards DH. La filiale assurances du Groupe Attijariwafa bank confirme, pour ainsi dire, son Leadership sur le marché marocain des assurances.
En même temps, les Holdings réalisent un chiffre d’affaires de 42,7 milliards DH, en accroissement de 2,2%, brassé en grande partie par ONA qui génère des revenus de 37,3 milliards DH, en légère amélioration de 1,9%.
Au regard des performances commerciales, la capacité bénéficiaire globale ressort à 32,7 milliards DH, en hausse de 22,8%. Retraité de la plus-value non cash réalisée suite à la cession de WANA au fonds AJIAL et à ZAÎN, le bénéfice net de la cote se fixe à 30,5 milliards DH, en augmentation de 14,4%. Cette évolution tient compte d’une progression de 2,4% à 8 milliards DH du résultat net de banques, des sociétés de crédit et des assurances et de 31,3% à 24,7 milliards DH du RN des industries et des Holdings. Retraité de la plus-value sur WANA, ce dernier s’élargit de 19,4% à 22,5 milliards DH.
Par secteur, Les financières totalisent un RN de 7,2 milliards DH, en hausse de 2,3% par rapport à 2008. Retraité de la plus-value réalisée par Attijariwafa bank sur Crédit du Maroc, le RNPG (résultat net part groupe) des financières recule de 4,8% à 6,2 milliards DH, précise BMCE Capital. Concentrant 92,3% des bénéfices de ce secteur, les banques affichent un RNPG de 6,7 milliards DH, en progression de 2,5%. Cette évolution tient compte de la contraction de 82,8% à 98,9 millions DH du RNPG du CIH, de la baisse de 53,7% à 384,8 millions DH de la capacité bénéficiaire de BMCE Bank, suite à l’alourdissement de sa charge de risque et dans une moindre mesure de 4,3% à 747,3 millions DH de celle de BMCI. En revanche, les bénéfices d’Attijariwafa bank, de BCP et de Crédit du Maroc se renforcent de 26,4% (+11,1% hors exceptionnel), de 28,9% et de 16,6% respectivement à 3,9 milliards DH, à 1,1 milliards DH et à 421,8 millions DH.

Achir Karim
Lundi 12 Avril 2010

Lu 668 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs