Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Mahmoud Al Guettat : La nouba, un patrimoine andalou devenu maghrébin




La nouba, définie comme une composition musicale bien structurée, construite selon un mode bien défini, est un “patrimoine maghrébo-andalou devenu par la suite un patrimoine maghrébin”, a estimé à Constantine l’universitaire tunisien Mahmoud Al Guettat, rapporté par l’APS.
«Historiquement le Maghreb a existé bien avant l’Andalousie, et la population maghrébine qui renferme goût et émotion a développé ce genre musical», a précisé ce spécialiste en musicologie lors d’une conférence au cours de laquelle il a développé une approche historique et descriptive de l’interprétation de la musique maghrébine andalouse, organisée au palais de la culture Mohamed-Laïd Al Khalifa en Algérie.
Toujours selon l’APS, il a souligné, dans le même ordre d’idées, que souvent, «le Maghreb est marginalisé par les orientaux» et le rôle des Maghrébins dans l’évolution de la musique arabe «reste méconnu». Précisant que la nouba avait débuté dans la cour Abbasside au 9ème siècle, avec le calife Haroun Al Rachid, le conférencier a ajouté que trois mouvements (Inchad, Bassit et El Ahzadj) caractérisant cette composition musicale avaient été utilisés par Ziryab lors de son déplacement en Andalousie.

Il a également indiqué que ses ramifications dans le monde arabe et musulman ont abouti à de multiples variations portant différentes appellations.

M. Al Guettat, dont le thème de la conférence est inspiré de sa thèse de doctorat soutenue à l’Université de la Sorbonne (France), a précisé «réfuter l’appellation musique andalouse uniquement», estimant que l’appellation la plus appropriée est «musique maghrébo-andalouse».
Affirmant qu’une vision scientifique fondée sur des documents fiables» doit accompagner tout travail académique. Dans ce sens, le musicologue a avancé que la diversité caractérisant les écoles de la musique savante, depuis le Maroc, en passant par Tlemcen, Constantine, Tunis puis la Libye «confirme que la nouba est plutôt maghrébine», rapporte l’APS.

Le musicologue tunisien a évoqué l’apport de l’Algérien Ahmed Al Tifachi (1184-1253), né à Souk Ahras en pleine évolution de la musique arabe, pour souligner tout l’intérêt de «se pencher davantage sur le sujet» avec, a-t-il précisé, «une vision scientifique plutôt que littéraire et historique».



Mercredi 11 Novembre 2015

Lu 394 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs