Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Mahmoud Abbas révise ses exigences à la baisse : Israéliens et Palestiniens prêts à reprendre le dialogue direct




Benjamin Netanyahu, Premier ministre israélien, a affiché mercredi devant George Mitchell, représentant spécial des Etats-Unis pour le Proche-Orient, son impatience d'engager au plus tôt des négociations directes avec le Président palestinien Mahmoud Abbas.
«Allons-nous commencer? Commençons! Tel est mon seul message. Je le dis depuis un an et demi, allons-y!» a déclaré le chef du gouvernement israélien en accueillant l'ancien sénateur démocrate américain, retour d'une entrevue avec Abbas la veille à Ramallah.
«Je partage votre objectif», a approuvé l'émissaire du Président Barack Obama, qui en est à sa cinquième navette depuis le mois de mai pour tenter de relancer les négociations directes entre Israéliens et Palestiniens après une interruption de près de 18 mois.
Abbas, qui a révisé à la baisse ses exigences antérieures pour reprendre le dialogue direct, demande simplement désormais que le «quartet» des médiateurs internationaux renouvelle son appel à un gel des activités de colonisation israéliennes et son souhait de voir le dialogue déboucher sur un accord de paix dans les deux ans.
Si les Etats-Unis, l'Union européenne, la Russie et les Nations unies lui concèdent ce signal politique, le Président palestinien pourrait annoncer dimanche son retour «en quelques jours» à la table des négociations, déclare-t-on de source proche du dossier.
«Si une déclaration du quartet peut être utile pour encourager les parties à avancer, c'est quelque chose que, naturellement, les Etats-Unis soutiendront», a fait savoir le département d'Etat, en précisant que Washington en avait discuté avec ses trois partenaires.
Obama souhaite que le processus de paix israélo-palestinien, dont il a fait une priorité de son mandat, reprenne rapidement au niveau où il se trouvait quant il fut interrompu du fait de l'offensive de Tsahal contre le Hamas à Gaza, à l'hiver 2008-09.
Il s'agit pour la diplomatie américaine de réussir avant l'échéance, le 26 septembre, du moratoire de 10 mois sur la construction de nouvelles colonies en Cisjordanie proclamé sous la pression de Washington pour faciliter la reprise du dialogue.

Reuters
Vendredi 13 Août 2010

Lu 179 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs