Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

MATCH LOVED




Entre Zaki et Kharja, c’est trop d’amour. N’importe quel entraîneur du monde ne l’aurait pas fait. Lui, Zaki Baddou l’a fait et refait. Une fois encore, le brave Houcine Kharja, après avoir longtemps bourlingué, gambadé et chômé se voit convoqué en équipe nationale par son pote de toujours.
Que le sélectionneur national veuille bien nous permettre de lui dire sans détour que, ce coup-ci, il se goure complètement.
C’est son droit le plus absolu, mais pour peu qu’il s’agisse de trucs personnels. Là, c’est de l’équipe nationale qu’il s’agit et qui n’est, fort heureusement, pas sa propriété privée.
A ce niveau, on est plutôt tenu de faire preuve d’un professionnalisme sans faille et d’un… minimum d’éthique.
Le plus grave dans cette histoire, c’est que Zaki Baddou ne rend absolument pas service à son copain Houcine Kharja. Bien au contraire.
Connaissant le joueur, son sérieux et sa sérénité, il est pratiquement établi, malgré le poids des années, qu’il saura retrouver la forme. Mais encore faut-il lui laisser le temps de mettre quelques matchs dans les jambes.
Nous avons tous en mémoire, sa trêve et sa piètre escapade du côté du Golfe en …2012 !
Et depuis et bien qu’annoncé par-ci par-là, il a dû se rouler les pouces pendant de trop longs mois, avant de se donner refuge à Sochaux en Ligue 2 française. Là aussi sans beaucoup de succès.
Mais tout est bien qui finit bien, le Steaua Bucarest, il faut bien le reconnaître, serait une assez bonne station pour lui, même si le championnat roumain est ce qu’il est.
Mais de là à le convoquer en équipe nationale… ! Surtout qu’en bon sélectionneur, Zaki Baddou avait établi une première liste de 33 joueurs. La deuxième en comportera 27.
Comme par enchantement, Kharja y figure alors qu’il ne faisait aucunement pas partie de la première.
Que peuvent bien en penser les joueurs que le sélectionneur a vu jouer ici ou ailleurs ?
Et puis pourquoi s’amuser à faire le tour des villes européennes les plus alléchantes aux frais du contribuable pour soi-disant superviser des joueurs d’origine  marocaine, quand on se permet de convoquer quelqu’un que l’on n’a pas vu jouer depuis si longtemps ?

M.B.A.
Vendredi 2 Octobre 2015

Lu 659 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs