Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

“Luxe, désordre et volupté” à l’Atelier 21


Exposition de l’artiste plasticienne Majida Khattari



“Luxe, désordre et volupté” à l’Atelier 21
Majida Khattari revient à la galerie d’art L’Atelier 21 à Casablanca, avec une nouvelle exposition, une nouvelle invitation au voyage, sous le titre baudelairien, détourné «Luxe, désordre et volupté», du 26 février au 29 mars 2013.
Avec ces photographies éminemment picturales, Majida Khattari poursuit son exploration passionnée de l’histoire de l’art occidental. Si la référence à la peinture orientaliste y est une évidence, l’artiste en appelle subtilement à l’Ophélie préraphaélite de Millais autant qu’aux ingresques Odalisques, à la sensualité de Boucher ou Gérôme autant qu’à Delacroix, Manet ou encore Goya.
Luxe des étoffes, soies damassées et organzas, matières précieuses, raffinement des motifs floraux et des dentelles, extrême souci du détail et de la mise en scène de jeunes femmes alanguies dans des intérieurs somptueux et baroques, dont on devine les corps drapés, enfouis sous les robes et les voiles, à peine les visages, comme une mise à distance, un flou posé sur les identités, faisant davantage appel à l’imaginaire que réalité recréée… : c’est aussi et surtout à la beauté que rend hommage Majida Khattari, autant à celle des femmes qu’à celle que l’art peut produire, dimension esthétique que l’artiste revendique ici comme valeur possible de l’art contemporain.
Née en 1966 à Erfoud, Majida Khattari a fait ses études à l’Ecole des Beaux-Arts de Casablanca puis aux Beaux-Arts à Paris.
Depuis 1996, Majida Khattari crée des défilés-performances inspirés de la situation des femmes dans les sociétés arabes. Elle met en scène des modèles qui portent des vêtements-sculptures qu’elle a préalablement conçus et fait réaliser. A ce sujet, elle  a organisé un défilé le 6 octobre 2012, place de la Concorde (Paris). Cet événement, qui montre l’une des formes les moins habituelles de l’art contemporain, a été salué par la presse internationale. Et le Musée du Louvre invite, le 2 février 2013, Majida Khattari et l’artiste iranienne Shirin Neshat à montrer leurs œuvres à l’auditorium du Musée, dans une exposition qui interroge la place des cultures de l'islam dans l'art contemporain.
L’artiste vit et travaille à Paris.


Libé
Mardi 26 Février 2013

Lu 217 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs