Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Louardi parle de baisse de prix des médicaments Une décision réalisable ou un vœu pieux ?




Louardi parle de baisse de prix des médicaments Une décision réalisable ou un vœu pieux ?
 «Les prix des médicaments au Maroc sont anormalement élevés, quels que soient le critère de comparaison choisi et la catégorie de médicament». Telle est la principale conclusion du rapport accablant de l’enquête menée par le Parlement en 2009. Depuis cette date, aucune mesure n’a été prise pour mettre fin à la cherté de ces produits vitaux pour la santé des Marocains. Mais le ministre actuel de la Santé, El Houssaine Louardi, est, semble-t-il, déterminé à tenir la promesse de revoir à la baisse les prix des médicaments.
Lors d’une réunion avec le groupe parlementaire du PJD, tenue avant-hier, il a, en effet, annoncé que son département allait revoir à la baisse les prix des médicaments de 30 à 60 % dans les trois prochains mois. Le ministre a également précisé qu’un citoyen marocain dépense annuellement 400 DH pour acheter les médicaments.
Mais Ayoub Fennich, l’expert pharmaceutique et ancien président de la Fédération nationale des syndicats des pharmaciens du Maroc (F.N.S.P.M.), croit que le pourcentage avancé par le ministre de la Santé est irréalisable. «Une baisse généralisée des prix des médicaments de 30 à 60 % est inimaginable», a-t-il dit dans une déclaration à «Libé». Et d’ajouter que «le médicament n’est pas n’importe quelle marchandise. Son prix est réglementé et fixé en concertation entre les producteurs et les pouvoirs publics». Mais il a néanmoins précisé qu’il se peut que le prix soit baissé de 30 à 60 % pour certains princeps.
Pour rappel, le rapport parlementaire de 2009 avait montré que les prix des médicaments (un panier de 14 princeps) sont supérieurs de 31 à 189 % par rapport à la Tunisie. Pour les 12 produits les plus vendus au Maroc, les patients ont payé, entre 2004 et 2008, 1,13 milliard de DH de plus que leurs voisins tunisiens.
Le rapport avait indiqué, en outre, que sur les 14 princeps retenus, les prix de 11 produits sont 30% plus élevés au Maroc qu’en France. Quant aux génériques, le Maroc reste aussi plus cher que la Tunisie et la Nouvelle Zélande et moitié moins cher qu’en France.
La question qui se pose maintenant est de savoir jusqu’à quel point le ministre de la Santé peut honorer son engagement citoyen face à un lobby pharmaceutique très puissant? Il faut attendre trois mois pour connaître la réponse.
 

M.T.
Mercredi 25 Juillet 2012

Lu 932 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs