Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Louafa ennemi juré de la décentralisation

Le mouvement de mutation des enseignants est l’affaire des académies régionales




Louafa ennemi juré de la décentralisation
A force de vouloir tout faire, on finit par ne rien faire. Au moment où tout le monde loue les vertus de la décentralisation, le ministre Louafa ne jure que par une centralisation excessive des services du ministère de l’Education nationale. Le dernier exemple en date concerne le mouvement de mutation des enseignants.
Le communiqué dudit ministère fait état de 50.983 demandes de participation au mouvement national de mutation des enseignants dont 33.056 dans les régions et 17.882 demandes interrégionales.  Ce mouvement est considéré comme l’un des plus importants au niveau des effectifs  tant sur le plan national, régional que provincial.
La région Massa-Daraâ s’accapare la part du lion avec 8570 demandes, suivie par la région Marrakech-Tensift-Al-Haouz (6674) et Taza-Al Houceima-Taounate (5182), tandis que la région Laâyoune- Boujdour- Sakia Al Hamra et celle d’Oued Eddahab-Lagouira ont enregistré de faibles participations avec respectivement 511 et 221 demandes.
Concernant le primaire, ledit communiqué indique que  le nombre de demandeurs de mutation est de 35.022, alors que celui du cycle collégial et secondaire est de l’ordre de 7421.  Les enseignants du cycle secondaire qualifiant et du secondaire qualifiant technique qui participent à ce mouvement sont au nombre de 8334 et 161.  Pour Abdelaziz Mountassir, membre du conseil national du Syndicat national de l’enseignement, affilié à la FDT, la monopolisation de la gestion des ressources humaines par le ministère est une approche inacceptable  du fait qu’elle a donné lieu à de nombreuses erreurs lourdes de conséquences au niveau de ce mouvement de mutation.
Pour plus de précision, Abdelaziz Mountassir explique que ce mouvement de mutation, surtout quand il s’agit d’une même région, est l’affaire de l’académie et de la délégation concernées.  Parmi les anomalies  qui entachent la politique de centralisation du MEN et dont souffrent les enseignants, on peut relever le problème de la promotion interne, les examens professionnels ainsi que le traitement des dossiers de maladies.
Par ailleurs, le même syndicaliste a tenu à  souligner que  la politique du ministère marquée par la prise de décisions unilatérales et souvent à caractère bureaucratique mène, sans doute aucun, vers la faillite du système éducatif.

Larbi Bouhamida
Jeudi 20 Juin 2013

Lu 417 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs