Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Lors d’une conférence de presse où il n’a pas tout dit : Monti veut changer l'Italie et réformer l'Europe




Lors d’une conférence de presse où il n’a pas tout dit : Monti  veut changer l'Italie et réformer l'Europe
Le chef du gouvernement italien Mario Monti a annoncé dimanche "un programme pour changer l'Italie, réformer l'Europe" et critiqué avec ironie son prédécesseur Silvio Berlusconi.
Sans avoir encore révélé s'il avait l'intention de se présenter directement aux élections générales de février, M. Monti a qualifié ce programme d'"agenda pour un engagement commun, première contribution à une discussion ouverte".
Pour lui l'essentiel est de "ne pas détruire les durs sacrifices que les Italiens ont dû consentir" au cours de l'année écoulée.
M. Monti s'en est également pris durement au Cavaliere, exprimant son "désarroi" face aux déclarations contradictoires de ce dernier à son égard. "J'ai beaucoup de mal à suivre la linéarité de sa pensée", a-t-il dit.
"Il y a un cadre de compréhension mentale qui m'échappe", a-t-il insisté, rappelant que son prédécesseur avait qualifié son bilan de désastre", alors qu'il lui réclamait quelques jours plus tôt de prendre la tête d'une coalition des modérés.
S'en prenant à l'une des promesses phares de Silvio Berlusconi, supprimer l'IMU, taxe foncière très impopulaire rétablie par le gouvernement technique, M. Monti a prévenu: "Si l'on supprime l'IMU, elle reviendra doublée dans un an".
"Aujourd'hui, l'Europe est mieux préparée à affronter la crise par rapport à l'an dernier, mais il ne suffit pas de taper du poing sur la table, il faut surtout de la fermeté dans les mesures à prendre. S'il y a juste la tape sur l'épaule, la réponse sera celle des petits sourires et du manque de considération", a-t-il ajouté dans une allusion claire au sourire ironique des dirigeants français et allemands Nicolas Sarkozy et Angela Merkel à l'évocation du nom de Silvio Berlusconi.
"Vous allez être inondés de graphiques avec une vision économique lointaine de la réalité pour vous démontrer l'échec de ce gouvernement", a-t-il aussi ironisé.
Le chef du gouvernement italien Mario Monti s'est réjoui dimanche qu'après treize mois à la tête du pays l'Italie soit "sortie de la crise financière" sans aide extérieure.
"La crise financière a été vaincue", et ce, "sans aides européennes, et sans aide du FMI" comme beaucoup nous le suggéraient fortement, a déclaré M. Monti lors de sa conférence de presse, après avoir rappelé "la situation périlleuse dans laquelle se trouvait le pays" lorsqu'il en a pris la tête en novembre 2011. "Les Italiens peuvent de nouveau garder la tête haute comme citoyens européens", a-t-il dit

Libé
Lundi 24 Décembre 2012

Lu 165 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs