Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Lors d’un concert convivial au Théâtre Mohammed VI : Les Casablancais applaudissent Ilham Loulidi et Ana Alcaide




Lors d’un concert convivial au Théâtre Mohammed VI : Les Casablancais applaudissent Ilham Loulidi et Ana Alcaide
La joie et la bonne humeur étaient au rendez-vous au Théâtre Mohammed VI à Casablanca qui accueillait, mercredi 27, un concert aux accents très méditerranéens.
Réunies sous le signe  «Femmes de la Méditerranée », la chanteuse marocaine Ilham Loulidi et la violoniste d’origine espagnole Ana Alcaide ont offert aux spectateurs une belle soirée, conviviale et à la limite intimiste, bercée aux sons et mélodies d’une époque certes lointaine, mais encore présente dans la mémoire collective.
Un voyage dans le temps, magnifiquement interprété par deux artistes au parcours exceptionnel dont la prestance et le talent ont été maintes fois ovationnés. Par un public enthousiaste et assurément connaisseur.
Le moins que l’on puisse dire est que, ce soir, le public amateur de musique andalouse était largement servi. Durant deux heures, ce dernier s’est vu offrir une balade en musique d’une grande portée, l’invitant à  (re)découvrir un patrimoine commun, riche par ses mélodies, ses rythmes et par l’élégance et la délicatesse de sa poésie.
A travers ce spectacle, le duo Ilham Loulidi - Ana Alcaide entendait aussi rendre hommage aux patrimoines andalou et séfarade. Mieux, tout simplement, à une Méditerranée du temps de la coexistence exemplaire. « Je suis très heureuse de me produire pour la première fois au Maroc », a lancé au public Ana Alcaide qui, par cette annonce, ouvrait le bal de cette soirée organisée dans le cadre de la troisième édition du Festival des deux Rives.
Durant près d’une heure, l’Espagnole a gratifié le public des sonorités de son fameux instrument d’époque « la viole de touches », qu’elle découvre lors d’un séjour de voyage en Suède, il y a quelques années. Avant de s’y mettre et d’exploser sur les rues de Tolède (Espagne).
Tout aussi heureuse de participer à cette grande soirée, Ilham Loulidi (rentrée au Maroc en 2000 après un long séjour à l’étranger) a donné la réplique à l’Espagnole, proposant un voyage dans le temps sous les applaudissements du public. Qui a pu apprécier à sa juste valeur l’excellente voix d’une chanteuse restée fière et attachés à sa culture.
Comme pour traduire cette coexistence et l’interculturalité existante, les deux artistes ont interprété ensemble quelques morceaux mettant en lumière mélodies et sonorités issues des deux rives. Une fusion, comme on les aime, bien accueillie par les spectateurs qui terminaient ainsi en beauté la soirée. La leur, sans aucun doute.
Soulignons enfin que la clôture du Festival des deux Rives interviendra ce soir au Théâtre Mohammed VI, avec au programme un concert de l’Orchestre Chekara et jeunes  flamencos. Un spectacle qui promet d’autres moments de détente et de bonheur, rassurent les organisateurs visiblement satisfaits de cette troisième édition. Et de l’accueil du public.

ALAIN BOUITHY
Vendredi 29 Janvier 2010

Lu 164 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs