Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Londres et Washington vont renforcer leur action au Yémen et en Somalie : L’ambassade américaine à Sanaa fermée à cause des menaces d’Al-Qaïda




Londres et Washington vont renforcer leur action au Yémen et en Somalie : L’ambassade américaine à Sanaa fermée à cause des menaces d’Al-Qaïda
L’ambassade des Etats-Unis au Yémen a fermé dimanche en raison de menaces d’attentats d’Al-Qaïda contre les intérêts américains dans ce pays de la péninsule arabique, a annoncé l’ambassade dans un communiqué.
L’ambassade avait envoyé jeudi un message aux ressortissants américains au Yémen, les mettant en garde contre “les menaces d’actions terroristes et de violence contre les intérêts et les citoyens américains dans le monde”.
La Grande-Bretagne a annoncé dimanche qu’elle allait renforcer avec les Etats-Unis son action contre le terrorisme au Yémen et en Somalie à la suite de l’attentat suicide manqué du 25 décembre contre un avion de ligne américain.
“Downing Street et la Maison Blanche ont décidé d’intensifier l’action conjointe du Royaume-Uni et des Etats-Unis pour contrer la menace terroriste émergente au Yémen et en Somalie, après le complot terroriste manqué de Detroit”, indique un communiqué des services du Premier ministre britannique Gordon Brown.
M. Brown et le président américain Barack Obama ont eu depuis le 25 décembre une série d’entretiens téléphoniques pour discuter des actions requises par la situation, indique le communiqué de Downing Street.
Pour la première fois samedi, M. Obama a accusé une branche d’Al-Qaïda, Al-Qaïda dans la péninsule arabique (AQPA), d’avoir entraîné et équipé Abdulmutallab au Yémen. Le centre américain de surveillance des sites islamistes SITE a annoncé dès lundi dernier qu’Al-Qaïda dans la péninsule arabique avait revendiqué l’attentat manqué du vol Amsterdam-Detroit. “Parmi les initiatives sur lesquelles le Premier ministre (Gordon Brown) s’est mis d’accord avec le président (Obama) figure un financement américain et britannique pour une unité spéciale de police anti-terroriste au Yémen”, déclare Downing Street. Les deux responsables estiment aussi qu’il est nécessaire de fournir un soutien plus important aux garde-côtes yéménites.
Les Etats-Unis ont déjà annoncé la semaine dernière qu’ils allaient fortement augmenter leur aide militaire et économique au gouvernement du Yémen.
M. Brown demandera également, selon le communiqué, que l’Union européenne discute de la situation au Yémen et il plaidera pour une action énergique envers ce pays de la part de la Force d’action financière (FATF), organisme intergouvernemental qui lutte contre les transactions financières illégales.
“En Somalie, le Premier ministre et le président considèrent qu’une force de maintien de la paix plus importante est nécessaire et ils soutiendront cette position au Conseil de sécurité des Nations unies”, poursuit le communiqué de Downing Street.
Une force de paix de l’Union africaine, l’Amisom, est actuellement déployée en Somalie. Elle compte quelque 5.300 soldats.
Selon Sebastian Gorka, un “expert américain en opérations spéciales qui entraîne des officiers yéménites”, cité par la chaîne de télévision américaine CBS, “les récentes attaques contre les positions d’Al-Qaïda au Yémen, y compris des frappes de missiles de croisière, ont été menées par les Etats-Unis”. 60 militants islamistes avaient été tués lors de ces attaques lancées les 17 et 24 décembre.
“Des camps d’entraînements ont été frappés, des leaders éliminés, des complots déjoués”, avait indiqué le président Obama dans son allocution hebdomadaire radiotélévisée depuis son point de villégiature à Honolulu (Hawaï).
Les shebab, des radicaux proches d’Al-Qaïda, se sont rendus maîtres de vastes parties du pays, et le fragile gouvernement de transition soutenu par l’Amisom ne contrôle plus que quelques quartiers de la capitale Mogadiscio.
L’annonce faite dimanche par Downing Street intervient deux jours après que M. Brown a appelé à la tenue d’une conférence internationale sur le Yémen et sur la lutte contre le terrorisme le 28 janvier à Londres, en parallèle à la conférence sur l’Afghanistan déjà organisée le même jour.
En lançant vendredi cette proposition, le Premier ministre britannique a souligné que l’attentat manqué du 25 décembre montrait que le terrorisme demeurait une menace mondiale “très réelle”, huit ans après les attentats d’Al-Qaïda le 11 septembre 2001 aux Etats-Unis.

AFP, Reuters
Lundi 4 Janvier 2010

Lu 227 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs