Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Londres et Paris envisagent des frappes aériennes contre l'EI en Syrie

L'envoi de troupes au sol en Syrie, une option jugée "inconséquente et irréaliste" par François Hollande




Face au risque d'attentats téléguidés à partir de la Syrie, la France et le Royaume-Uni envisagent des raids aériens contre l'organisation Etat islamique (EI) dans ce pays, où Londres a procédé à une première frappe à l'aide d'un drone fin août.
La France devait effectuer mardi des "vols de reconnaissance au-dessus de la Syrie", a annoncé le président François Hollande. "Ils permettront d'envisager des frappes contre Daech (acronyme arabe de l'Etat islamique), en préservant notre autonomie d'action et de décision", a précisé le chef de l'Etat français.
Pour la France, l'objectif est d'atténuer la menace d'attentats sur son sol. Les attaques meurtrières contre le magazine Charlie Hebdo, une policière et un magasin casher en janvier, l'attaque commise fin août dans un train Thalys, des attentats avortés, ont tous un lien avec le jihadisme et certains ont été revendiqués par l'EI.
Le survol de la Syrie devrait permettre aux services français de collecter du renseignement qui leur faisait cruellement défaut sur les centres d'entraînement et de décision de l'EI en Syrie.
Londres a invoqué lundi le même motif sécuritaire en révélant avoir réalisé une première frappe en Syrie le 21 août.
Trois jihadistes, dont deux Britanniques, ont été tués "dans une frappe méticuleusement préparée et effectuée par un drone de la RAF", a annoncé aux députés le Premier ministre David Cameron.
Selon le Daily Telegraph, citant des sources gouvernementales anonymes, l'un des Britanniques préparait un attentat contre les cérémonies londoniennes de commémoration de la victoire sur le Japon, marquant la fin de la Seconde Guerre mondiale, auxquelles ont assisté en août la reine Elizabeth II et David Cameron.
En septembre 2014, le Parlement britannique avait seulement donné son feu vert à des frappes contre l'EI en Irak mais non en Syrie. Et en 2013, les députés avaient infligé un camouflet au chef du gouvernement en rejetant une action militaire, cette fois contre le régime de Bachar al-Assad, après des attaques chimiques mises sur le compte des forces gouvernementales.
En raison d'une courte majorité parlementaire, et parce que certains dans son camp sont contre des frappes en Syrie, le Premier ministre pourrait avoir besoin du soutien de l'opposition pour participer aux bombardements de la coalition contre l'EI en Syrie.
Son ambition risque toutefois de se heurter à la probable élection du pacifiste Jeremy Corbyn à la tête du Parti travailliste. Ce dernier a déclaré lundi matin sur la BBC que les frappes "créeraient plus de problèmes qu'elles n'en régleraient".
La France, qui participe aussi depuis un an aux frappes de la coalition arabo-occidentale en Irak, refusait jusqu'ici de faire de même en Syrie, jugeant qu'y bombarder le groupe jihadiste revenait à soutenir le régime syrien en place en l'absence de toute force modérée organisée susceptible de le remplacer.
François Hollande a réaffirmé son opposition à l'envoi de troupes au sol en Syrie - tout comme en Irak -, une option qu'il juge "inconséquente et irréaliste" car la France serait "seule" et son intervention assimilée à une "occupation".
Le changement de stratégie français est aussi une réponse immédiate à la crise des migrants et aux images chocs de ces derniers jours, notamment celle d'un enfant syrien retrouvé mort, face contre terre, sur une plage turque.

Mercredi 9 Septembre 2015

Lu 251 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs