Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Londres enquête sur les abus commis par son armée en Irak

Des soldats britanniques accusés d'exactions




Des civils irakiens qui ont été détenus par les forces britanniques pendant le conflit ont étayé 33 plaintes pour viols et divers abus contre des soldats, hommes et femmes, a indiqué samedi le ministère de la Défense à Londres.
Ces allégations interviennent alors que la Grande-Bretagne a prévu de faire quitter l'Irak à ses troupes dans l'année.
Un homme dit avoir été violé par deux soldats britanniques, et un autre aurait été humilié sexuellement par des personnels féminins et masculins. D'autres soutiennent qu'ils ont été dépouillés de leurs vêtements et photographiés dans des poses comparables à celles des images des prisonniers d'Abou Ghraib. Ces photos de détenus en laisse ou la tête couverte de sacs avaient déchaîné le ressentiment des Irakiens contre les troupes américaines.
Les soldats du Royaume ont déjà du répondre à des accusations pour avoir maltraité des citoyens irakiens lors de leur occupation du sud du pays, pendant six ans, en zones de combat. L'an dernier, une affaire portée en justice s'est soldée par 3 millions de livres (3,35 millions d'euros) de compensation pour la mort d'un civil et les mauvais traitements subis par neuf autres Irakiens.
Une enquête est en cours sur le cas de Baha Mousa, mort en détention par les troupes britanniques après une opération contre son hôtel de Bassorah, dans le sud du pays, en 1993. Il a souffert de 93 blessures distinctes. Le caporal Donald Payne a plaidé coupable des accusations de traitements inhumains sur des prisonniers.
"120.000 militaires britanniques ont servi en Irak et la grande majorité se sont conduit selon les meilleurs standards de comportement, faisant preuve d'intégrité et de désintéressement" a souligné le ministère de la Défense britannique.
Selon le quotidien Independent, Phil Shiner, un avocat représentant des détenus, a recensé des dizaines de nouveaux cas de mauvais traitements depuis l'invasion de l'Irak, en 2003.
Pour la première fois, des femmes soldats sont accusées d'avoir participé à des violences sexuelles et physiques à l'encontre de détenus, écrit le journal.
Le ministre britannique des Forces armées, Bill Rammell, a déclaré que les accusations étaient prises au sérieux mais que les investigations devaient être menées "sans porter de jugement prématuré".
Le ministère de la Défense a estimé pour sa part que les exemples d'exactions constituaient des cas isolés. La Grande-Bretagne a retiré presque tous ses effectifs d'Irak. Une centaine d'instructeurs de la marine y sont restés pour aider à protéger les terminaux pétroliers du sud du pays. Leur retour est prévu dans un an.

AP, Reuters
Lundi 16 Novembre 2009

Lu 220 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs