Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Londres appelle au secours des mathématiciens chinois pour “relever le niveau”




Londres appelle au secours des mathématiciens chinois pour “relever le niveau”
La Grande-Bretagne, émue par les résultats décevants de ses élèves en mathématiques, va faire venir soixante professeurs chinois pour l’aider à “relever le niveau” des salles de classe, a-t-on appris auprès du ministère de l’Education.
Cette démarche s’inscrit dans le cadre d’un programme d’échanges qui prévoit également l’envoi d’enseignants britanniques en Chine pour s’imprégner du savoir-faire local qui a impressionné la ministre Elizabeth Truss lors d’une récente visite.
“On a des professeurs de mathématiques brillants dans ce pays mais ce que j’ai vu à Shanghai et dans d’autres villes chinoises n’a fait que renforcer ma conviction qu’on peut apprendre d’eux”, a souligné la ministre.
Cité en exemple, Shanghai a terminé à la première place de l’enquête Pisa 2012 publiée en décembre dernier par l’OCDE. La mégapole chinoise devance Singapour, Hong-Kong, Taïpeh, la Corée du Sud, Macao et le Japon, alors que le Royaume-Uni arrive seulement en 26e position, juste derrière la France.
“Une analyse des résultats de l’OCDE montre que les enfants de travailleurs manuels de Shanghai ou de Singapour font mieux en maths que les enfants de professionnels très bien payés au Royaume-Uni” tels les médecins ou les avocats, constate le ministère avec effroi.
“Shanghai possède plusieurs longueurs d’avance”, martèle Elizabeth Truss qui estime que ce sont les méthodes d’enseignement mais aussi “l’état d’esprit positif qui font toute la différence”.
La ministre loue l’approche volontariste de la Chine qui, selon elle, “contraste avec la culture anti-maths en vigueur chez nous depuis tant d’années”.
L’arrivée des professeurs chinois est censée inverser une tendance qui, “à moins d’un changement de philosophie”, va précipiter le déclin économique du Royaume-Uni.
Selon une étude de Pro Bono Economics publiée récemment, le manque de connaissances mathématiques coûte au Royaume-Uni la bagatelle de 20 milliards de livres par an.
“Des bases solides en maths offrent un potentiel salarial plus important et constituent la meilleure protection contre le chômage”, insiste Elizabeth Truss.
Les professeurs chinois seront basés à partir de l’automne prochain dans trente nouveaux pôles d’éducation spécialisés dans les mathématiques pour y promouvoir leurs techniques.
Parallèlement, deux enseignants britanniques de chacun de ces pôles passeront au moins un mois en immersion dans des écoles chinoises.
Qualifiée d’”opportunité fantastique” par la ministre, l’initiative suscite nettement moins d’enthousiasme auprès du syndicat des enseignants britanniques.
“Les performances du Royaume-Uni sont similaires à celles du Danemark, de la France, de l’Islande, de la Nouvelle-Zélande ou de la Norvège. Il est ridicule de faire croire que les enseignants chinois possèdent plus de connaissances ou d’expertise que ceux issus de ces pays ou du nôtre”, s’est émue Christine Blower, la secrétaire générale du syndicat.
AFP

Mercredi 19 Mars 2014

Lu 1746 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs