Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Liste nationale : Aux grands maux, les grands remèdes




Le choix du lieu et du timing était loin d’être innocent. En effet, c’est en face du Parlement et au moment où les parlementaires entamaient une session extraordinaire pour la discussion des lois électorales que les femmes ont élu domicile pour un sit-in.
De tous horizons, elles sont venues exprimer haut et fort leurs revendications en scandant des slogans tels que «la parité s’inscrit et s’applique» ou «non contre le projet de loi discriminatoire de la Chambre des représentants». Le maître mot, c’est de défendre les acquis réalisés par les femmes et le souci de ne ménager aucun effort afin de les préserver et de les promouvoir et donc permettre aux femmes une véritable représentativité dans la vie politique. Ceci dans la perspective de l’instauration de la parité.
«Cette dernière ne peut se concrétiser qu’à travers l’instauration d’une liste nationale dédiée aux seules femmes». C’est ce qui ressort d’ailleurs de la déclaration de Khadija Qariani, secrétaire nationale des femmes ittihadies.
Pour elle, ladite liste est un acquis des femmes afin de rattraper le retard accusé par elles dans tous les domaines. «La liste proposée avec ses soixante sièges pour les femmes et ses trente autres sièges pour les jeunes, est tout simplement une aberration. Nous risquons ainsi de régresser», s’indigne-t-elle. Et d’ajouter, «Toutes ces revendications et bien d’autres, nous en avons fait notre cheval de bataille lors du premier Congrès du secrétariat national tenu le 26 mars dernier et à travers les termes du communiqué du 3 août dernier également». 
Elle poursuit sur le même ton en affirmant que le secrétariat national est intraitable sur le fait que les 90 sièges doivent être réservés aux femmes afin que le principe de la discrimination positive soit respecté dans l’esprit et la lettre. Le but est d’atteindre le tiers en se fixant pour horizon d’aller vers la parité, a-t-elle noté.
Pour ce, Mme. Qariani estime que  les partis devraient présenter au moins 10% de femmes en tête de listes mais dans des arrondissements qui présentent des chances éventuelles de succès pour les femmes. «Nos attentes étaient grandes avec l’événement de la nouvelle Constitution qui défend dans son article 19 le principe de la parité et qui de surcroît ouvre de grandes perspectives d’avenir», a-t-elle affirmé avant de nous confier son souhait de voir toutes les revendications se réaliser. «L’heure est grave et la décision finale que prendra le Parlement au sujet de la liste nationale  est la première épreuve à laquelle il sera confronté. Ira-t-il au devant d’un échec ? Peut être pas», s’est-elle demandée.
Pourtant, elle reste optimiste. Pour elle, l’espoir est toujours là, car les femmes ont toujours contribué à l’évolution du pays ; alors il faut  les encourager.
Même son de cloche chez Fatima Maghraoui, membre du Comité de coordination national des femmes. Elle avance que le mouvement féministe a toujours défendu les droits politiques et qu’il a même adressé un mémorandum à la Commission relative à la nouvelle Constitution. «La constitution est là mais encore faut-il en concrétiser les apports», a-t-elle insisté.
 Quant à la liste nationale, Mme. Maghraoui a affirmé que cette dernière doit être dédiée aux femmes dans le cadre de la discrimination positive aux seules femmes, le genre le moins représentatif.
Pour elle,  le Maroc n’a pas le droit à l’erreur, car il est sous les projecteurs du fait de tous les chantiers qu’il a entamés et surtout de son engagement dans les conventions internationales telles que les objectifs du millénaire (OMD) sans oublier la convention du CEDAW (ratifiée avec des réserves).
A ce titre, elle estime que l’Etat ne pourrait logiquement sacrifier la force que constitue les femmes. «Elles qui ont toujours voté et contribué à l’évolution du Maroc».
De son côté, Saadia Saadi, présidente de l’Association Amal, femmes en mouvement pour un avenir meilleur, a abondé dans le même sens en soutenant l’idée d’une liste nationale exclusivement féminine qui, avec les listes des circonscriptions locales, complètera le tiers en attendant évidemment d’arriver à la parité.

Nezha MOUNIR
Jeudi 15 Septembre 2011

Lu 324 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs