Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Ligue des champions : Le joli coup des Bavarois à Madrid




Ligue des champions : Le joli coup des Bavarois à Madrid
Le Bayern Munich s’est qualifié pour la finale de la Ligue des champions, après avoir éliminé le Real Madrid 3 tirs au but à 1 (1-2 a.p.), au terme d’une demi-finale retour épique, où ils ont été menés 2-0 après un doublé de Ronaldo, avant de se relancer grâce à un penalty de Robben.
Battu au bout de la nuit, au terme d’une séance de tirs au but où le gardien bavarois Manuel Neuer a notamment arrêté les tentatives de Ronaldo et Kaka, le Real Madrid a donc dû ravaler son rêve de “Decima”, décrocher la dixième Coupe d’Europe de son histoire qu’il désirait tant.
Le Bayern, même mené, n’a jamais cessé d’y croire malgré une entame de match manquée. Il a atteint son objectif d’une grande finale dans son antre de l’Allianz-Arena, le 19 mai prochain.
Il y croisera le fer avec Chelsea, tombeur de l’autre club espagnol de ces demi-finales, le FC Barcelone.
Décidés à remonter ce retard d’un but que leur avait laissé en héritage le match aller perdu 2-1, les Madrilènes étaient pourtant idéalement entrés dans la rencontre.
Dès la 5e minute, Marcelo, très bon mercredi, débordait côté gauche et centrait pour Di Maria dont la reprise en première intention était clairement contrée de la main par Alaba. Ronaldo ne tremblait pas au moment de transformer le penalty (1-0, 6e).
Les Munichois ont tenté de se réveiller: Alaba, ayant à coeur de se racheter, centrait pour Robben, dont la conclusion maladroite s’envolait toutefois dans les nuages (8e).
Mais les Madrilènes, plus mordants, ont doublé le score, encore par Ronaldo, sur une combinaison un rien chanceuse, mais qui laissait aussi alors entrevoir le réalisme offensif impitoyable des Merengue. Après une perte de balle de Khedira, Özil récupérait le ballon aux vingt mètres et transmettait à Ronaldo qui glissait le ballon le long du poteau droit de Neuer (14e).
Le Portugais, qui marquait par la même occasion son 10e but en Ligue des champions cette saison, mettait à ce moment-là les siens dans les meilleures dispositions pour une finale à Munich.

Neuer héros de la séance de tirs au but
Mais c’était sans compter sur la réaction d’orgueil des Bavarois qui se mettaient tout à coup à produire beaucoup plus de jeu. Les Allemands s’en remettaient d’abord aux tirs lointains de Luiz Gustavo et Gomez. Mais leurs efforts étaient finalement récompensés par un penalty, obtenu à la suite d’une poussette de Pepe sur Mario Gomez dans la surface, et transformé par Robben (1-2, 27e).
Commençait dès lors une autre rencontre, nettement plus équilibrée, où chacune des deux équipes était obligée de se livrer pour l’emporter.
Benzema, jusqu’ici assez discret, était ainsi à deux doigts d’attraper la lucarne de Neuer sur une magnifique frappe enroulée du droit (31e). Le Bayern, de plus en plus à l’aise, répondait lui par un coup franc de Robben aux 16 mètres, bien repoussé par Casillas.
Ce mano a mano indécis entre les deux équipes se poursuivait en deuxième période. Face à un Real tentant d’aller de l’avant, les Bavarois patientaient, attendant de prendre les Madrilènes au piège de leurs contres. La stratégie était tout près de réussir quand Robben déboulait seul face à Casillas. Mais le portier madrilène sortait bien dans les pieds du Néerlandais (67e).
Dans une rencontre débridée, où les frappes de Ronaldo faisaient écho aux courses de Robben, les deux équipes se sont rendu coup pour coup sans parvenir à faire la différence.
Même physionomie au cours de la prolongation, pour le même résultat, débouchant sur la séance des tirs au but. Au cours de laquelle, le gardien Manuel Neuer s’est converti en héros des Bavarois en repoussant les tentatives de Ronaldo et Kaka, Ramos tirant lui dans les nuages.

Ils ont dit

José Mourinho (Real Madrid): “Je pense que nous méritions de gagner ce soir. Eux aussi, cela dit. Mais peut-être que la différence se fait aussi sur le fait que ce soir jouait une équipe qui lutte pour gagner son championnat (le Real) et une équipe qui a coupé ses efforts en championnat pour se concentrer sur d’autres objectifs (le Bayern). Nous, samedi dernier, nous jouions le match le plus important de notre championnat tandis qu’eux ont pu faire tourner l’effectif. De ce point de vue, la fraîcheur a peut-être joué.
Après que les Allemands ont réduit le score à 2-1, ce fut très difficile de jouer pour les deux. Les joueurs savent alors qu’ils n’ont pas le droit à l’erreur. Après, arrivent les penalties, dans un état de fatigue extrême. Mais le meilleur moyen de remonter le moral à mes joueurs, c’est de leur dire qu’ils n’ont rien à se reprocher. C’est dommage, parce que s’il y avait une chose que j’avais dans la tête, c’était de gagner avec ce groupe. Si nous gagnons la Liga, ce sera quelque chose de fantastique, mais nous voulons davantage.
Mais mon impression est que ce groupe a encore de la marge pour grandir. Si les joueurs et le club pensent que je peux continuer à leur apporter - et je pense que c’est le cas - je vais donc continuer ici. Pour la finale, j’espère que les Blues vont gagner parce qu’une partie de mon coeur est à Chelsea, mais j’ai aussi beaucoup de respect pour ce Bayern”.

Franck Ribéry (Bayern Munich): “Je suis très heureux ce soir. On est en finale, ça fait du bien pour le club, pour les joueurs. Cette finale on la méritait.
C’était dur ce soir. C’est dommage qu’on prenne deux buts au bout de quinze minutes. Mais après, on s’est bien repris. Il fallait juste marquer ce petit but, ce qu’on a fait. Je pense même qu’il y a des situations où on aurait pu en mettre un deuxième. On a joué, on n’a pas eu peur.
C’est vrai qu’à un moment, les deux équipes attendaient peut-être les penalties. Mais pendant 90 minutes, il y a eu du rythme. A un moment, quand le jeu a accéléré, nous n’avions peut-être pas non plus les jambes pour attaquer. Mieux valait rester compacts, en bloc.
C’est ma première finale de Ligue des champions. J’étais suspendu il y a deux ans contre l’Inter de Milan et là non, je m’en réjouis. Concernant Chelsea, c’est une équipe qui ne lâche rien, on l’a bien vu hier soir (contre le Barça). Ce sera difficile. A nous d’être prêts, à nous de faire en sorte que ça se passe bien comme on l’a fait ce soir contre Madrid.
AFP

Libé
Vendredi 27 Avril 2012

Lu 421 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs