Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Ligne de crédit de 6,2 milliards de dollars : Le Maroc opte pour la rigueur afin de satisfaire aux exigences du FMI




Ligne de crédit de 6,2 milliards de dollars : Le Maroc opte pour la rigueur afin de satisfaire aux exigences du FMI
Le FMI vient de publier sur son site Internet  la lettre d’intention adressée par les autorités financières marocaines pour bénéficier de la ligne de précaution et de liquidité (LPL) de 6,2 milliards de dollars décidée par l’institution internationale le 3 août courant.
Datée du 27 juillet, soit sept jours avant cette approbation et cosignée par le ministre de l’Economie et des Finances, Nizar Baraka, et le wali de Bank Al-Maghrib, Abdellatif Jouahri, cette missive nous informe de l’engagement pris par le Maroc de maintenir ses réserves de changes à un niveau confortable, de  réduire son déficit budgétaire à 3% du PIB à l’horizon 2016 et d’augmenter le taux de croissance du PIB à 5,5% sur la période 2012-2016.
Le Royaume s’est ainsi engagé à maintenir les réserves de changes à un niveau de confort minimum, à savoir 4 mois d’importations durant la deuxième moitié de 2012, alors que durant le premier semestre de cette année, l’Etat a perdu, selon les révélations d’Azami Idrissi, ministre du Budget, l’équivalent de 30 milliards de DH en dollars et en euros.  Ce qui implique, selon certaines analyses, une réduction drastique des importations qui influerait grandement sur la consommation interne et les réseaux de distribution commerciale.  Les deux responsables marocains ont pris  également l’engagement de réduire le déficit budgétaire à moins de 3% du PIB à l’horizon 2016, contre 5% actuellement, alors que certaines prévisions le placeraient à 9% vers la fin de cette année. Une tendance envisageable à cause, notamment, du renchérissement des cours du baril de pétrole qui s’est échangé mardi dernier à 114,03 dollars et la hausse des  prix des céréales sur le marché mondial. A noter que de l’aveu même de Nizar Baraka,  le pétrole et le blé représentent 70% des importations du Maroc. Selon certains experts, le déficit budgétaire qui représente 6,2% du PIB pour l’année 2011 d’après les chiffres du ministère des Finances et qui pourrait avoisiner le même niveau à la clôture de  cet exercice budgétaire, est jugé «très grave » notamment en ces temps de baisse des ressources en devises  car, il est à l’origine de l’accroissement de la dette publique intérieure, mais aussi parce qu’il pousse de plus en plus le Maroc vers l’endettement sur les marchés financiers internationaux en vue d’éviter un manque de liquidités sur le marché intérieur. L’engagement du Maroc pour la réduction du déficit budgétaire augure, selon les experts, de coupes budgétaires substantielles au niveau des crédits non productifs, des charges sociales et des compensations. Ce qui laisse planer en définitive, la menace d’une crise sociale grave aux conséquences imprévisibles.
Les autorités financières du pays ont promis également, une croissance de 5,5%  sur la période 2012-2016, un taux jugé par certains comme fort optimiste compte tenu de la conjoncture économique actuelle, notamment chez le partenaire économique européen du Maroc. Ces mêmes analystes estiment que ledit taux de croissance serait, dans les meilleurs des cas, de 3% en 2012. A noter que le gouvernement l’a revu à la baisse pour cette année, le situant désormais à 4,3% alors que le HCP table sur 2,4%.

Driss Serhan
Vendredi 17 Août 2012

Lu 1158 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs