Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Libyens et ressortissants étrangers fuient en masse le pays

Deux Egyptiens tués par les gardes-frontières




Libyens et ressortissants étrangers fuient en masse le pays
D'intenses affrontements faisaient rage jeudi entre milices rivales autour de l'aéroport de Tripoli en Libye, où l'évacuation des ressortissants étrangers s'accélérait face à l'escalade des violences. 
Les Philippines ont annoncé qu'elles affréteraient des ferries pour évacuer leurs 13.000 ressortissants, après l'enlèvement et le viol d'une infirmière cette semaine par un groupe armé, et la découverte il y a dix jours du cadavre décapité d'un ouvrier philippin. L'Espagne a de son côté évacué temporairement le personnel de son ambassade face "à l'aggravation de la situation" dans la capitale libyenne. L'Union européenne, la Grèce, la Suisse et la République tchèque ont aussi fermé leurs représentations et évacué leurs diplomates. En revanche, l'ambassade d'Italie, tout comme celle du Royaume-Uni, restait ouverte. 
La Tunisie voisine a pour sa part annoncé qu’elle ne pourra pas accueillir en masse des Libyens fuyant les combats dans leur pays et est prête à fermer la frontière si le flux des réfugiés devait s'accentuer. Deux personnes ont été tuées lorsque des gardes-frontières ont ouvert le feu pour repousser des centaines d'Egyptiens tentant d'entrer sur le territoire tunisien pour fuir les violences en Libye, a rapporté jeudi l'agence de presse officielle tunisienne TAP. 
 Cette accélération dans les évacuations est survenue alors que de violents combats ont repris jeudi autour de l'aéroport de Tripoli, après deux jours de relative accalmie entre miliciens de Zenten (ouest de Tripoli) et combattants islamistes et de Misrata (est de Tripoli). 
Des explosions étaient entendues depuis le centre-ville.  Selon un dernier bilan officiel arrêté mercredi soir, les combats autour de l'aéroport, les plus violents en près de trois ans à Tripoli, ont fait 102 morts et 452 blessés depuis le 13 juillet. L'aéroport est fermé depuis cette date et plusieurs avions ont été endommagés par les combats entre ces anciens rebelles qui avaient combattu ensemble pendant huit mois le régime du dictateur Mouammar Kadhafi en 2011. 
Jeudi soir, des centaines d'habitants de la capitale ont manifesté dans leurs quartiers et dans le centre-ville, pour dénoncer les violences et réclamer l'arrêt des combats. Parallèlement, sur la route de l'aéroport, les pompiers s'activaient à éteindre le feu faisant rage depuis dimanche dans un dépôt de stockage d'hydrocarbures qui contient plus de 90 millions de litres de carburant, ainsi qu'une cuve de gaz ménager. 
 A Benghazi, dans l'est du pays, la situation était relativement calme, après plusieurs jours de combats qui ont fait près de 100 morts et à l'issue desquels des milices islamistes sont parvenues à s'emparer de la principale base militaire de la ville. Les groupes islamistes ont en outre repris le contrôle de l'hôpital Al-Jala, dans le centre-ville, après en avoir été chassés par des dizaines de manifestants, selon des témoins.  

AFP
Samedi 2 Août 2014

Lu 599 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs