Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Libye: l'aide humanitaire s'accélère




Libye: l'aide humanitaire s'accélère
Les opérations d'aide humanitaires aux milliers de personnes prises au piège d'une guerre civile ayant fait, selon les rebelles, 10.000 morts en deux mois s'accéléraient mardi, le PAM annonçant l'ouverture du premier couloir humanitaire dans l'ouest de la Libye.
La Grande-Bretagne va par ailleurs procéder à l'évacuation de 5.000 travailleurs étrangers par bateau de la ville côtière de Misrata assiégée, située à 200 km à l'est de Tripoli, a indiqué lundi Daniel Shepherd, un porte-parole de la mission britannique à l'ONU.
Un mois après le début de l'intervention en Libye de la coalition internationale, le 19 mars, la situation est dramatique dans plusieurs villes de l'ouest du pays.
Le Programme alimentaire mondial (PAM) a annoncé l'ouverture d'un premier couloir humanitaire dans l'ouest pour fournir une assistance à des milliers de personnes prises au piège des combats et dont beaucoup cherchent à fuir.
En deux mois, le conflit a déjà fait quelque 10.000 morts et 55.000 blessés, a affirmé le ministre italien des Affaires étrangères Franco Frattini, citant le chef du Conseil national de transition (CNT) libyen, Moustapha Abdeljalil, qu'il a reçu mardi à Rome. A Misrata mardi matin, des roquettes étaient tirées par les rebelles en direction des abords de la ville, aux mains des insurgés mais cernée par les forces loyales au colonel Mouammar Kadhafi, selon un journaliste de l'AFP qui pouvait entendre les avions de l'Otan survoler la zone.
Un millier de personnes ont été tuées dans cette ville dans les combats entre rebelles et pro-Kadhafi en six semaines, a-t-on indiqué lundi de sources médicales.
«La situation à Misrata s'est sérieusement détériorée ces derniers jours. Cinq mille travailleurs étrangers pauvres sont bloqués sur un quai. Des explosions ont lieu à quelque 300 mètres de là où ils se trouvent», a dit lundi soir le secrétaire d'Etat britannique pour le développement international Andrew Mitchell à la BBC.
Le Comité international de la Croix-Rouge (CICR) a de son côté annoncé avoir évacué lundi 618 migrants d'origine diverse du port de Misrata à bord d'un bateau se dirigeant vers l'Egypte.
Le CICR va envoyer un autre bateau à Misrata, censé arriver mercredi pour apporter des médicaments, des kits d'hygiène, de la nourriture et 8.000 litres d'eau potable, selon le même responsable.
«Dans les zones affectées par le conflit (...) des milliers de personnes sont malades et les blessés ont désespérément besoin d'aide médicale. Ceux qui sont en mesure de rejoindre les hôpitaux y trouvent une pénurie de médecins --la plupart sans formation aux situations de guerre--, peu d'infirmières et un personnel débordé», a souligné M. Mitchell. Près de la frontière tunisienne, la région montagneuse d'Al-Jabal Al-Gharbi, sous contrôle des rebelles, a été la cible de pilonnages intensifs par les forces loyales au colonel Mouammar Kadhafi, faisant plus d'une centaine de morts depuis dimanche, ont indiqué lundi des habitants de cette région de l'ouest dont une grande partie de la population est d'origine berbère.
«Les bataillons de Kadhafi n'ont pas arrêté le pilonnage de la région, surtout Yefren et Nalout, avec des roquettes Grad. Il y a eu 110 morts parmi les rebelles et les civils dans ces deux villes», a déclaré à l'AFP un habitant de Yefren sous couvert de l'anonymat.
«Ils tirent aveuglement des roquettes Grad sur les habitations, les hôpitaux. Plusieurs familles ont fui vers la Tunisie», a indiqué ce témoin. Quelque 10.000 Libyens ont fui les montagnes de l'ouest ces 10 derniers jours vers la Tunisie voisine, selon le Haut commissariat de l'ONU pour les réfugiés (HCR).
Un mois après le début de l'intervention aérienne en Libye, l'Otan s'installe dans un conflit dont elle ne voit pas l'issue et des voix s'élèvent pour appeler désormais à armer les rebelles ou envoyer des troupes au sol face à la résistance du colonel Kadhafi.
Le départ du dirigeant, au pouvoir depuis 42 ans et contesté par une révolte qui avait débuté à la mi-février, est devenu un objectif commun pour la communauté internationale.
En France, le président de la commission des Affaires étrangères de l'Assemblée nationale Axel Poniatowski, a réclamé lundi à l'Otan, aux commandes des opérations militaires depuis le 31 mars, l'envoi de forces spéciales au sol pour éviter «l'enlisement».
Le chef du CNT devait effectuer mardi sa première visite à l'étranger en se rendant à Rome où il devait rencontrer notamment le président de la République et le chef du gouvernement.

Libé
Mercredi 20 Avril 2011

Lu 311 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs