Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Libye: l'Otan coule huit navires de Kadhafi




L'Otan a détruit plusieurs navires libyens qui menaçaient les forces rebelles, alors que le président américain Barack Obama a affirmé que le colonel Mouammar Kadhafi n'avait d'autre choix que de quitter le pouvoir.
Dans la nuit de jeudi à vendredi, des avions de l'Otan ont coulé huit navires de guerre des forces gouvernementales lors d'attaques coordonnées dans les ports de Tripoli, Al-Khums et Syrte, a annoncé dans un communiqué l'Alliance atlantique.
"Vu le recours de plus en plus fréquent à la force navale, l'Otan n'avait pas d'autre choix que de prendre des actions décisives pour protéger les populations civiles de Libye et les forces de l'Otan en mer", a déclaré, dans ce texte, l'amiral Russ Harding, commandant adjoint de l'opération "Protecteur unifié" de l'Otan en Libye.
"Tous les vaisseaux ciblés la nuit dernière étaient des navires de guerre, sans usage civil", a-t-il insisté.
Jeudi vers 22H00 GMT, soit une heure après les premiers raids, un navire était toujours en feu dans le port de Tripoli où s'élevait une colonne de fumée, selon un journaliste de l'AFP sur place.
Deux heures plus tard, une nouvelle série d'explosions a retenti dans la capitale, survolée par des avions de chasse.
Quelques heures auparavant, dans son discours sur le Moyen-Orient, le président américain avait légitimé l'intervention de l'Otan, sur mandat de l'ONU, sans laquelle "des milliers de personnes auraient été tuées" selon lui.
"L'opposition a organisé un conseil par intérim légitime et crédible. Et quand Kadhafi quittera inévitablement le pouvoir ou sera forcé de le faire, des décennies de provocations cesseront et la transition vers une Libye démocratique pourra commencer", a affirmé Barack Obama.
Le régime libyen a aussitôt dénoncé un discours "délirant".
M. Obama "croit aux mensonges que son propre gouvernement et ses médias répandent. Ils n'ont pas trouvé la moindre charge contre nous", a déclaré le porte-parole du régime, Moussa Ibrahim, au cours d'une conférence de presse.
"Ce n'est pas Obama qui décide si Mouammar Kadhafi quitte la Libye ou non. C'est au peuple libyen de décider de son futur", a-t-il souligné.
Pour renforcer ces propos, Mouammar Kadhafi est apparu jeudi soir à la télévision d'Etat, apparemment en bonne santé.
L'Otan a visé à plusieurs reprises la résidence du colonel Kadhafi à Tripoli ces dernières semaines. Des rumeurs avaient alors circulé, selon lesquelles le Guide aurait été blessé.
Les raids de l'Otan ont permis de stabiliser la ligne de démarcation sur le front est, située entre Brega et Ajdabiya, à 160 km au sud-ouest de la "capitale" rebelle Benghazi, et d'aider les insurgés à desserrer l'étau autour de Misrata (ouest), dont ils ont repris le 12 mai le contrôle de l'aéroport.
"La situation à Misrata est toujours la même", a indiqué vendredi Jalal Al-Gallal, un porte-parole du Conseil national de transition (CNT), l'instance dirigeante de la rébellion.
"Kadhafi tente de manœuvrer autour de Misrata. Il y a des combats sporadiques près de Zliten et autour de l'aéroport", a-t-il ajouté.
Selon Khalid Abou Falra, responsable médical à Misrata, des combats vendredi à l'ouest de Misrata ont fait un mort et huit blessés.
A Benghazi, en vue de la prière du vendredi, plusieurs points de contrôle ont été installés et les voitures n’étaient pas autorisées à se rendre près du front de mer où sont concentrés les lieux de pouvoir et les symboles de la rébellion.
Ce renforcement de la sécurité, coutumier à Benghazi, vise à empêcher d'éventuels attaques ou incidents promis par le régime de Tripoli dans le passé, selon M. Gallal.

La Russie prône une force de maintien de la paix

La Russie a proposé vendredi le déploiement en Libye d'une force de maintien de la paix de l'Onu et de l'Union africaine pour tenter de mettre fin au conflit en cours.
"Nous pensons qu'il est important d'engager pleinement des efforts politiques et diplomatiques pour résoudre la crise, cela au moyen de soldats de maintien de la paix de l'Onu et de l'Union africaine", a déclaré à des agences de presse russes le porte-parole du ministère des Affaires étrangères à Moscou, Alexander Loukachevitch.
La Russie s'est abstenue le 17 mars lors du vote d'une résolution du Conseil de sécurité de l'Onu instaurant une zone d'exclusion aérienne au-dessus de la Libye dans le but de protéger les populations civiles.

Libé
Samedi 21 Mai 2011

Lu 213 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs